Catégorie Archives : Stratégie d’entreprise

C’est là où vous vous rendez compte, qu’en fait; c’était des nuls!

Ces entreprises minables qui arnaquent les blogs

Je parle régulièrement des mails que je reçois pour des sponsos plus ou moins légales et autres demandes diverses dans la catégorie « Partenariat à la con ».

Je déplore – outre l’impolitesse incroyable des demandes de « sponsorisation » – de plus en plus d’arnaques lamentables :
Cette fois les « agences marketing » ne vous propose pas 5€ (quelle générosité !) pour faire de la pub. Non. Elles vont carrément essayer de dissimuler les pubs en se faisant passer pour des étudiants qui veulent poster sur mon blog parce qu’ « il est très bien ».

Evidement : la fausse étudiante, à l’instar de Mélanie D. dont j’avais parlé il y a quelques temps- va faire passer ça pour un acte altruiste et ne surtout pas vous dire qu’on vous a planqué un maximum de pubs illégales dans l’article pourri qu’on veut vous refiler !

Ici j’ai la joie de vous présenter Anaïs Misch*** soi disant actuellement en Chine (elle a un profil linkedin et un compte insta bien visible sur le net, ce n’est pas la honte qui l’étouffe) qui essaye d’escroquer les blogs via Propulsionsec.com, un « site marketing » des plus louches…

anais-mischler-arnaque-propulsionec

Bravo quelle classe, quel génie, quelle subtilité.

Le tout sous couvert d’une start-up marketing complètement illégale :
Propulsionec.com, chez qui travaille Anäis, n’a même pas de mentions légales (pourtant obligatoires), ni de siret, ni quoi que ce soit.

Oui, super votre vision de faire de e-commerce….
propulsionec com arnaque

Les gérants, se présentent uniquement par leur prénom – et sont soit disant diplômés de l’ESSEC (une des meilleures écoles supérieures de commerce de France), ils m’ont plutôt l’air de sortir d’une filière SEGPA…

Dooonc : un site dont les gérants présentent leurs propres star-up aussi illégales qu’eux, ne mettent même pas leur nom, ni les mentions légales, ni siret, ni ne précisent ce qu’ils sont sensés apporter à leur clients (outre essaye de faire passer des pubs sur les blogs de façon complètement illégales comme des crevards) :
il n’y a pas de cours de droit à l’ESSEC ?

applause irony

Je ne m’étendrai pas sur les incohérences dans la façon de me contracter de se présenter en tant qu’ «étudiante », l’arnaque d’Anaïs, tu la grilles à des kilomètres…

En plus d’être malhonnête, elle est stupide.

Son article consternant à l’air d’avoir été écrit par une gamine débile de 10 ans. J’espère qu’elle n’a pas passé plus de 2 minutes à la rédaction. Je vous le résume en deux lignes :

« J’ai fais un stage à la fin de mes études(+liens sponsos), c’était bien(+liens sponsos), c’était en chine, faut un visa(® + liens sponsos), si vous pouvez faire un stage (+liens sponsos) à l’étranger(+liens sponsos), faites-le, c’est bien. »

sponso illegale

Okaaaay, merci Miss poncifs ; il y a vraiment des personnes qui se croient très malignes et qui font juste pitié.

Quand on a du talent, on n’a pas besoin d’arnaquer les gens.
bitch please

NB: La répression des fraude propose un email pour signaler les sites comme propulsionec.com.

Le Salaire à vie

Vous avez peut-être déjà entendu parler du salaire à vie, revenu de base et/ou salaire universel.

Il s’agit du même terme pour décrire un système économique inédit qui serait équitable pour tout le monde.

On oppose souvent le capitalisme au communisme alors que d’autres systèmes économiques plus justes et efficaces sont possibles – mais bizarrement, celà reste encore tabou.

Bah oui, il ne faudrait surtout pas qu’on refuse de se faire exploiter pour entretenir une élite déjà milliardaire… (voir post: Pourquoi les pauvres sont pauvres?).

le salaire à vie

La video ci-desous explique de façon claire et détaillée, les incohérences et failles de notre système actuel – en passe de s’écrouler sur lui même.
Notamment sur la croissance, basée sur le gaspillage (obsolescence programmée – video), la surconsommation et n’apportant que pollution, frustration, chômage et stress (etc, liste non exhaustive).

Bernard Friot apporte une solution aux nombreuses problématiques liées au marché du travail.

Si payer les factures n’étaint pas la motivation première, nous pourrions dédier notre temps à ce qui nous importe et nous passionne.

cerveau revenu salaire base inconditionnel

Et j’ajouterai:
strategicalblog are you here to do this
Trad: Etes-vous ici, pour faire ça?

Aéroport Lyon Saint Exupéry – l’Arnaque du Rhônexpress

Etant originaire de Lyon, je retourne dans cette ville dès que possible, afin d’y retrouver ma famille, mes amis.

Cependant, aller à Lyon depuis l’aéroport St Exupéry et vice et versa, est une véritable plaie.
lyon blog
Le trajet est plutôt simple et pas trop long depuis la Gare de la Part Dieu.
Le problème qui ulcère les voyageurs vient du prix abusifs, astronomiques et injustifiables!

Les machines ne fonctionnent jamais, les voyageurs sont donc taxé de 1€ de plus sur des billets déjà hors de prix :
16,80 € (!!!) Aller simple
28,40 € (!!!) Billet Aller-Retour (valable trois semaines)

Des tarifs scandaleux qui font s’étrangler les lyonnais/es et fuir les touristes.

Et un monopole hargneusement conservé par Rhonexpress, à grands renforts de coups bas et de méthodes mafieuses.

Ca fait un moment que je cherchais le fin mot de l’histoire, à savoir pourquoi une ville comme Lyon était infoutue de se doter d’un réseau pratique et digne.

Et surtout: pourquoi le trajet vers l’aéroport est aussi coûteux , alors que les autres villes vous comptent le prix d’un billet de bus (soit environ 2€ !) ou à peine plus si l’aéroport est très éloigné.

Pour le rappel : c’est 5€ depuis Barcelone, voire 0€ si on a une correspondance avec les trains, en passant par la gare de Sants!
Même depuis Sydney (l’une des villes les plus chère au monde) ce n’est pas aussi cher, et Lyon, ce n’est pas Sydney !

Ca n’incite pas non plus à venir sur Lyon, n’en déplaise à l’office du tourisme; mais voilà: notre région adore gaspiller scandaleusement l’argent des contribuables.

Le Racket du Rhônexpress

Prise d’otage et arnaque des clients, destruction des concurrents via des coups fourbes afin de conserver un monopole sur la ville.
Voir quelques avis témoignant de la colère de utilisateurs sur Yelp.

Comment aller à l’aéroport de Lyon sans se ruiner? La ligne 46 (maintenant 30) et le tram T3

En prenant le T3 à la Part-dieu puis la ligne 46 (remplacée par la ligne 30 qui se prend au mêm endroit) depuis Mézieu ZI.
Comment s’y rendre en détail c’est facile!

1/ Métro ligne A jusqu’au terminus Vaux-en-Velin-la-Soie. (moins de 20 min)
2/ Tram T3 jusqu’à Meyzieu ZI (zone industrielle). (20 min de trajet + temps d’attente de tram)
3/ Ligne 30 (anciennement 46) jusqu’à l’aéroport – attention il y a un ou deux bus par heure!

——

Voici ce qu’il est advenu de la société concurrente (et moitié moins chère) :
goairport vs mafia rhonexpress lyon
Source: page Facebook de feu GoAirport.

Je boycott donc Rhonexpress qui se croit tout permis et dont les méthodes me dégoutent !

Je pense que les voyageurs devraient se regrouper pour faire pression et (au moins) obtenir des tarifs décents

Bravo Rhônexpress, vous coulez vos concurrents de façon mafieuse, vous arnaquez et prenez les voyageurs en otages, vous me dégoutez de prendre l’avion depuis Lyon à chaque déplacement.

Une société en plus polluante, car elle oblige bon nombre de voyageurs à partir en voiture.

Solutions:

• Utilisez Blablacar pour vous rendre à l’aéroport de LYS.
• Ou bien les taxis depuis Meyzieux ZI (zone industrielle) qui peuvent vous y emmener en 10 minutes!

NB: La ligne des bus Rhône Alpes 46 est remplacée par la ligne 30 TCL qui se prend au même endroit.
EDIT Février 2016: La ligne 30 a supprimer son arrêt à l’aéroport de Lyon.

L’Histoire d’un monde obsédé par le materiel : cosmétiques dangereux

C’est l’histoire d’un monde obsédé par le materiel, de l’obsession de la performance et de l’apparence, un choix de produits apparement infini, pourtant le plus important: la non-toxicité de vos produits, n’est pas en option dans ce choix..!

Dérivés du pétrole, plomb, composants concérigènes et neuro-toxiques. Listes d’ingrédients ésotériques. Aucun principe de précaution…

N’importe qui peut inscrire n’importe quoi sur les étiquettes!

Méfiez-vous des marques hypocrites: faites le bon choix: des produits sans danger pour notre santé!

Liste des composants dangereux dans les cosmétiques.

Maquillage sans aucun produit cancérigène : ça existe! (Portland).

Nous avons le pouvoir et le devoir de faire pression sur les marques afin d’acquérir des cosmétiques sains!

Comment les marques vous espionnent et Pourquoi vous recevez des spams hyper ciblés ?

La pub est partout – ça on le sait déjà.

Mais, pire qu’être omniprésente : elle vous espionne et vous suis à la trace sur le net, dans le but diabolique de vous proposer les articles les plus susceptibles de vous faire passer à l’achat :


Vous venez de vous offrir un MP4 sur le net et … Oh ! Vous recevez un mail d’une autre entreprise qui vous propose des écouteurs… !
Comme par hasard, hînhînhîn !

…en fait, c’est comme si vous étiez à poual poil !

Et en quelque sorte vous l’êtes.

1/ Les sites qui vendent leur bases de données comme un troll des cavernes vendrait sa mère (si celle-ci ne l’a pas encore foutu à la porte).


Si vous voyez ce texte sur un site, c’est bien (non, mais sans ironie, c’est vraiment bien), car cela signifie que l’entreprise ne vend pas vos données à une bande de chacals un tiers.

Les autres, envoient allègrement leurs fichiers clients en dansant la macarena (sexe, âge, adresse, et surtout ce que vous avez commandé), aux plus offrants … Et ce, sans vous en informer, bien évidement.

Il s’agit en général de sites marchands ayant une solide base de données clients. Mais les gros blogs ayant une base de données de mails peuvent aussi être démarchés.

    NB: Les bases se négocient au coût par 1000, donc, si tu as juste trois mails de clients/abonnés qui se courent après, ça va être chaud.

Mais qui donc achètent vos données ???

2/ Les entreprises qui achètent les bases de données comme des charognards achèteraient du cadavre faisandé à la superette du coin (s’ils le pouvaient).

Attention, je balance des secrets bien gardés!


En général, il s’agit d’une Start up au nom ronflant et forcément anglophone, You know what I mean : un truc qui se veut bien cool, mais qui fait un peu pitié (genre : Power Mega Web of the Fire*), avec une équipe composée à 90% de stagiaires malheureux et exploités.
Les 10% restants sont les gérants, of course !

La startup est en « pleine croissance », stoplait ! Et quand tu lis le descriptif dans la catégorie « qui sommes-nous », tu as l’impression que celle-ci va dominer le monde et la galaxie, dès la semaine prochaine.

C’est d’ailleurs toujours le problème avec les sociétés de marketing, ils se sentent constamment obligés d’envoyer du lourd, des paillettes, du glam, des superlatifs, à tous les mots, tout le temps.

Je trouve ça soulant à force. J’ai l’impression de voir une licorne dégueuler mon Kotler & Dubois.

Bref, les stagiaires de Power Mega Web of the Fire* (nom pris au hasard et aussi par dépit, voir plus bas) ont pour ordre de démarcher les entreprises qui ont un truc à vendre à des pigeons mais qui ne savent pas trop comment (donc à peu près toutes).

En leur proposant bien aimablement des packs : à 5000 € l’entrée de gamme – oui, pendant que les stagiaires auront à peine de quoi se payer un Kinder le dimanche – afin d’ (attention, c’est du lourd) :
« Optimiser vos campagnes digitales pour maximiser votre potentiel en offrant aux marketeurs des solutions clé-en-main accompagnées de technologies sur mesure et exclusives sur le marché !!!! » …

c’est-à-dire harceler les braves gens en pourrissant leurs boites mails avec des produits similaires/complémentaires à leurs derniers achats.
Certains poussent l’audace jusqu’à personnaliser le mail avec votre prénom!

(mais pas beaucoup, parce que c’est quand même plus kikoolol d’envoyer le même mail à tout le monde).

Les packs de 5000€ et plus, sont accompagnés de photos de lolcats:
ça aide à faire passer la note.


Le baratin commercial se compose de mots très swag, du style :

    Maximisez votre ROI : générez à la fois du traffic direct de qualité et des leads ciblés !!!
    Génération de plus de 5,400,000 leads qualifiés et 730,000 nouveaux clients pour nos annonceurs.
    Solutions full services à la performance : media buying, planning, testing, trafficking, tracking. Développements des technologies propriétaires, connections bases de données et API, Email design, Landing page, email de confirmation, 100% « mobile-friendly », Analyse de résultats et ROI, A/B testing, Offre promotionnelle, ciblage, tunnel de conversion, objectifs quantitatifs et qualitatifs, focus long terme, etc

Franchement, ça en devient ridicule…

(Si tu n’as pas compris, c’est normal ; c’est fait pour).

Il y a tellement de mots anglais, que tu penses t’être trompé en cliquant sur le drapeau français, mais en fait, non, c’était le bon drapeau.

C’est là que je me dis, être traducteur français/anglais dans ce cas là, c’est un peu être payé à rien foutre, sauf si c’était un stagiaire, parce que le stagiaire n’est jamais payé (le stagiaire ne mange pas et vit dans un carton, c’est bien connu).

Des fois, une entreprise démarchée accèpte, dit :
« Oui : je ne trouve pas de pigeons clients, envoyez ma pub que je me fasse un blé de bâtard !!! ».

Donc Power machin encaisse les sous €$£ (très important), et achète des mails chez un site ayant un cœur de cible proche de son client.

Exemple : l’entreprise démarchée vend des cosmétiques à base de cornichons bio, il y a des crèmes pour la peau, des savons qui sentent bon (le cornichon) etc, des produits pour femmes quoi !

Vous trouvez peut-être mon exemple ridicule, mais cette entreprise essaye de vendre des verres à moitié pleins!


Power truc, va contacter -par exemple- Sephora® (qui fait des pubs très connes) parce c’est moins bête que de contacter un site de tuning et aussi parce qu’il est de notoriété publique que les clientes de ce magasin achètent tout et n’importe quoi (donc gros potentiel d’achat).

Par corollaire, plus Power chose, va vouloir d’infos : sur ce que les clientes ont acheté, leur âge (pour les crèmes anti-rides) leur budget, etc ; plus Sephora va faire monter la facture – qui sera pour l’entreprise de cosmétiques aux cornichons.

Si Sephora® accepte de vendre (une partie) son fichier clientes, Power bidule envoient la pub de l’entreprise de cornichons aux emails des braves clientes de Sephora.

Des fois, l’entreprise ayant la base de clients, ne veut pas trop la vendre à un concurrent potentiel, mais rassurez-vous: un bon paquet d’argent vient à bout de toutes les réticences.

Le taux d‘ouverture (=quand une personne maso clique sur le mail pour l’ouvrir, et là, c’est le drame) est d’environ 10%, si la startup n’a pas trop merdé dans l’achat de bases de données de client/es.

Il y a donc environ 10% de masochistes sur la population globale (c’est peut-être aussi des gens qui se sentent très seuls).
Même que des fois, ces gens cliquent sur les liens…

Une alliance redoutable…


Voilà, maintenant vous savez qu’en plus d’avoir acheter sur certains sites, ceux-ci se font encore plus d’argent, en revendant vos infos persos.

* J’ai dû changer plusieurs fois de faux nom de start-up, car à chaque fois que je trouvais un nom bien débile à deux mots, en vérifiant sur google, l’entreprise existait vraiment -_-‘
Du coup, j’ai mis un truc beaucoup plus long.

Detroit Ville Zombie !

Détroit (Michigan) est une Shrinking City.
C’est-à-dire une ville qui rétrécit, pas en taille, mais en nombre d’habitants ; ce qui est peu banal, pour une telle superficie: 370,2 km² !

L’histoire commence pourtant de façon tout à fait classique :

Les villes fantômes, ça existe en vrai.


• Entre 1900 et 1930, la ville se développe énormément, sa population augmente de 265 000 à plus de 1,5 million d’habitants devenant un symbole de prospérité américaine.

La croissance explosive de la cité ne se fait pas sans dommages. L’air et l’eau de la région sont pollués, et les rives du lac sont outrancièrement industrialisés et interdits aux résidents. Les taudis se sont développés dans plusieurs quartiers, en particulier la partie est, de plus en plus peuplée par les Afro-Américains.

• Dès 1920. La tension raciale entre les résidents noirs et blancs mène à des émeutes, en 1943.

• En 1950, Détroit affiche une population de 1 850 000 habitants. Il s’agit du début du déclin de la ville. Tandis que la population blanche de la ville diminue, sa population noire continue à se développer. Les noirs pauvres du Sud ont émigré en ville. La population aisée part vivre ailleurs.

• Le 23 juillet 1967, des émeutes éclatèrent dans la partie est de la ville. Ce sont les émeutes les plus sanglantes et les plus destructrices de l’histoire des États-Unis, avec 43 morts, 467 blessés et plus de 2 000 bâtiments détruits.

Détroit.


• Au début des années 1970, la population blanche quitte massivement la ville, les Afro-Américains constituent désormais la majorité de la population et en 1973 le premier maire noir de la ville, Coleman Young, est élu. Young, membre de la gauche du parti démocrate, est un homme controversé. Tandis qu’il est apprécié d’une grande partie des habitants noirs de la ville, il est impopulaire parmi les blancs et les hommes d’affaires. La tendance démographique et le déclin économique de la ville continuent sous son mandat, qui s’achève en 1993.

• La crise de 2008 finit par donner le coup de grâce :

Les trois grands constructeurs automobiles implantés à Détroit (General Motors, Ford et Chrysler), connaissent une crise sans précédent : en tout, ce sont 400 000 emplois qui ont été perdus depuis 2008. Le taux de chômage à Détroit atteint ainsi les 50 %.

• En 2011, la ville de Détroit est dans une situation de faillite économique, doublée d’une désertification industrielle et d’une chute démographique.

Détroit.


Aujourd’hui la ville tente de conjurer ce déclin. Ainsi montre-t-elle certains signes de renaissance dans quelques quartiers (notamment dans le centre-ville et le long de la rivière), et les relations avec le milieu d’affaires sont rétablies.

Néanmoins, la population municipale continue sa chute, Détroit a perdu un quart de ses habitants entre 2000 et 2010.

De nombreux centre commerciaux, bibiliothèques, hotels et banques du centre ville sont désertés et laissé à l’abandon, laissant un paysage post-apocalyptique.

Infos retranscrites de wikipédia et Photos prises là.

Et encore Détroit.


Alors… Désespérée la situation de Détroit ?

Peut-être pas. Et c’est justement en tirant parti de ses faiblesses, que la ville pourrait prendre un nouvel essor.
Essor qui pourrait être, à l’instar de l’histoire de la ville, vraiment peu banal…

Vidéo en Anglais.

Mark Siwak, d’IndieGogo, a un projet un peu fou, mais génial:

Il compte justement utiliser les paysages post-apocalyptiques de Détroit pour un faire un « parc d’attraction zombie » aussi réaliste qu’inquiétant.

Il souhaite pour cela, acquérir un quartier entier, abandonné de la ville. Le parc proposerait aux visiteurs une immersion complète dans un monde post-apocalyptique où il faudrait chercher des ressources tout en survivant, une nuit complète, face aux zombies.

Pour l’instant en récolte de fonds, le projet est déjà plébiscité par les habitants – le parc leur permettant de trouver un emploi stable (et vraiment marrant).

Inutile de préciser que je suis carrément pour!

L’illusion du choix : les multimarques tentaculaires

Vous pensiez décider vous-même de vos produits au supermarché et avoir un vaste choix ?

MOUHAHAHAH !!!!


Kraft Foods est un groupe américain du secteur de l’agroalimentaire (en particulier: café et le chocolat), et présent dans de nombreux pays. N°2 mondial de l’alimentaire et de la boisson en volume des ventes (Nestlé est le N°1). Il appartenait jusqu’au 30 mars 2007 au consortium Altria, lui-même détenteur d’un très grand nombre d’entreprises.

• La Coca-Cola Company est l’une des plus grandes sociétés mondiales dans les boissons non alcoolisées et l’une des plus importantes sociétés américaines. Son siège est à Atlanta en Géorgie, dans le sud-est des États-Unis et son PDG est Muhtar Kent.
Son concurrent historique sur les marchés américain et mondial est la société PepsiCo – voir plus bas (avec son Pepsi-Cola concurrent direct du Coca-Cola) et dans une moindre mesure de nouveaux arrivants dont Virgin Cola (Virgin Group).

General Mills est une entreprise américaine basée à Golden Valley (Minnesota, États-Unis) spécialisée dans le domaine agroalimentaire.
Il s’agit du 6ème groupe alimentaire mondial, avec un portefeuille de plus de 100 marques, dont de nombreuses marques leaders sur leurs marchés.
Sur le marché français, General Mills France commercialise les marques Häagen-Dazs (marque US et non scandinave, comme ils voudraient le faire croire), Géant Vert et Old El Paso (pas une marque mexicaine, non plus).


PepsiCo est une multinationale américaine spécialisée dans le secteur agro-alimentaire. Elle est particulièrement connue pour ses boissons, dont le Pepsi-Cola, et ses produits snacks. L’un de ses éternels concurrents est la société Coca-Cola.
Selon le revenu net, PepsiCo est la deuxième plus grande entreprise agro-alimentaire dans le monde et en Amérique du Nord, elle est classée à la première place pour la nourriture et les boissons. L’entreprise employait en 2010 environ 285 000 personnes dans le monde.

Mars Incorporated est un groupe agroalimentaire américain qui est implanté dans une centaine de pays et génère un chiffre d’affaires annuel de plus de 30 milliards de dollars. Le siège social est basé à McLean en Virginie aux États-Unis. La société a la particularité d’être toujours privée car entièrement détenue par la famille Mars- une des plus riches au monde.

• La Kellogg Company ou Kellogg’s est une entreprise américaine spécialisée dans l’agro-alimentaire dont le siège se trouve à Battle Creek, Michigan, États-Unis.
Elle vend notamment des céréales de petit-déjeuner (c’est fou, hein ?).

Johnson & Johnson est une entreprise américaine fondée en 1886. Elle est l’un des plus importants fabricants au monde de produits pharmaceutiques, de matériel médical, de produits d’hygiène, de santé, de cosmétiques et fournit également des services connexes aux consommateurs ainsi qu’aux professionnels de la santé.
Le capital boursier de cette entreprise entre dans la composition du Dow Jones et cette société est recensée dans le « Fortune 5005 ». Johnson & Johnson est réputée pour son éthique d’entreprise et son classement stable en tête du Sondage sur la Réputation des Entreprises Nationales aux États-Unis réalisé par la firme Harris Interactive.

Unilever est une multinationale néerlando-britannique, dont les sièges sociaux sont situés à Rotterdam (Pays-Bas) et à Londres (Royaume-Uni). Société présente dans plus de 100 pays, c’est le troisième groupe mondial en produits de consommation courante (nombre de ventes) et le premier producteur de glaces et de thé au monde.
Les produits Unilever sont regroupés en quatre grandes catégories : Boissons et glaces, Alimentaire, Soin de la personne, Entretien de la maison.


Procter & Gamble Co. est une multinationale américaine spécialisée dans les biens de consommation courante (hygiène et produits de beauté). Le siège de P&G est situé à Cincinnati en Ohio. En 2010, la société emploie 127 000 personnes pour un chiffre d’affaires de près de 80 milliards de dollars. Votre dentifrice est forcément fait chez eux.

Encore plus fort: le regroupement de l’Oréal (voir toutes les marques de l’Oréal) et Nestlé.

Nestlé est une entreprise suisse, et l’un des principaux acteurs de l’agroalimentaire dans le monde. Elle produit et commercialise un large éventail de produits et de boissons pour l’alimentation humaine et pour l’alimentation animale. Elle se veut l’un des principaux innovateurs en la matière en Europe, avec notamment le café soluble Nescafé, les plats lyophilisés Bolino ou les surgelés.
Son siège social est situé à Vevey en Suisse. Son chiffre d’affaires consolidé de 2009 la porte au 48e rang mondial des plus grandes entreprises. Elle est cotée au SWX Swiss Exchange.

Tout:
multinational corporation food -the-illusion-of-choice

Téléphonie: ton univers Impitoyable

Il était une fois, 3 opérateurs téléphoniques qui se faisaient des *ouilles en or une certaine marge avec des forfaits légèrement plus cher que dans les autres pays, car ils avaient le leadership sur un marché hyper concentrés et quelques accords illicites pour pigeonner le client, et que du coup, ils se sont dit, qu’ils pourraient faire tout ce qu’ils voudraient pendant des siècles et des siècles…

Il a frit, il a tout compris!

Il a frit, il a tout compris!

Un beau jour, après moults combats avec les autres opérateurs …

*ce qu’il faut savoir à ce moment là de l’histoire, c’est que les trois opérateurs sur le marché: SFR, Orange et Bouygues pour le pas les citer, ont tout fait pour pourrir l’entrée de Free en téléphonie, car après leur petite « blague » sur les ententes tarifaires illégales; ils n’avaient pas envie du tout, mais alors vraiment pas, que Free vienne flinguer la méga-marge qu’ils se faisaient sur le dos des consommateurs, mais moi, je dis ça comme ça, tout innocemment, l’air de rien, tududu ❤♫ ♬ ♪ ♩ ♭ ♪☀ ♡♡★ …*

Il a fui, il a tout compris!

Il a fui, il a tout compris!

Donc un beau jour, un autre opérateur vint ramener son petit derrière tout rose sur le marché fort fourbe de la téléphonie, avec une offre, ma foi, bigrement intéressante.

Suite à moults combats d’où le Fair Play était absent, donc, les concurrents se sont mis à faire, comme par hasard, comme ça, cadeau, Pouf, pouf! de superbes offres bougrement choupinettes à leurs clients.
Ca n’a rien à voir avec l’entrée de Free, sur le marché de la téléphonie, non, non. Qu’allez-vous imaginer?

(Alors que vous auriez pu être chez eux depuis 12 400 ans, sans Free, vous auriez pu crever la bouche ouverte pour avoir quoi que ce soit). : )

La téléphonie, c'est diabolique, je vous dis!

La téléphonie, c'est diabolique, je vous dis!

« On a fait naître la concurrence, elle n’existait pas » a reconnu Xavier Niel au micro de BFM Business‘.

Tout ça pour dire, que maintenant, il ne faut pas venir pleurer! LOL ◡‿◡✿ ◕‿◕❤ ★★.•¯`★ ♪•]••º♫•
Hînhînhînhînhîn!!!

Lancer son entreprise – Business Strategy

En parcourant le net, je vois souvent sur des forums, des personnes qui veulent lancer leur entreprise et qui demandent des conseils. Quand je lis que, dès le choix de la structure juridique de la société, des problèmes se posent, je me dis qu’il faut vraiment éclaircir quelques points.

Tout à fait.

En cherchant sur le net, certains sites on peut lire des exhortations à la con du type: « lancez-vous », « osez », «attendez le bon moment, « vous allez être riche ! » et « lâchez les freins, appuyez à fond » (Ahem, lol).

* Pfiuuuuu! C’est fou comme ça doit aider..!*

Je pense qu’avant tout, il faut avoir un minimum de connaissance stratégiques, juridique, marketing et managériale, pour ce faire.
Je vais donc faire des résumés des cours de Business School pour ceux qui veulent se lancer et/ou pour les étudiants qui veulent réviser.

Liens
(Dans la catégorie Univ, sous-catégorie Cours)

Business Cours 1: Les sociétés Part1 + Lexique
Business Cours 1: Les sociétés Part2
Business Cours 2: Le Statut de Commerçant
Business Cours 3: Introduction au Droit
Business Cours 4: Marketing, la connaissance d’un marché


En attendant, une petite récapitulation des termes Marketing, à laquelle j’apporte ma contribution.

Lexiques des termes marketing: Ici et !

1. Tu es à une soirée et tu vois une fille très attirante. Tu t’arranges pour savoir si la belle est célibataire: ça c’est l’étude de marché.

2. Tu es à une soirée et tu vois une fille très attirante. Tu t’arranges pour savoir si tu es son genre: ça c’est la veille stratégique.

3: Tu es à une soirée et tu vois une fille très attirante. Tu t’approches d’elle et tu lui dis : « Je suis un très bon coup ». Ca c’est du Marketing Direct.

4: Tu es à une soirée avec un groupe de copains et vous voyez une fille très attirante. Un de tes amis s’approche d’elle et lui dit : « Tu vois ce garçon là bas, c’est un très bon coup ». Ca c’est de la Publicité.

5: Tu es à une soirée et tu vois une fille très attirante. Tu lui demandes son numéro de téléphone. Le lendemain, tu l’appelles et tu lui dis: « Je suis un très bon coup ». Ca c’est du Télémarketing.

6: Tu es à une soirée et tu vois une fille très attirante. Tu lui demandes son Email. Le lendemain, tu lui envoie un mail et tu lui dis: « Je suis un très bon coup ». Ca c’est du E-Business.

7: Tu es à une soirée et tu vois une fille très attirante. Tu la reconnais. Tu t’approches d’elle, tu lui rafraîchis la mémoire et tu lui dis: « Tu te souviens que je suis un très bon coup ? ». Ca c’est du Customer Relationship Management (Gestion de la relation client).

8: Tu es à une soirée et tu vois une fille très attirante. Tu te lèves, tu arranges un peu tes vêtements, tu t’approches d’elle et tu lui sers un verre. Tu lui ouvres la porte lorsqu’elle part, tu ramasses son sac lorsqu’il tombe et tu lui dis : « Je suis un très bon coup ». Ca c’est du PR (Public Relation = Relations Publiques).

9: Tu es à une soirée et tu vois une fille très attirante. Tu te lèves, tu t’approches d’elle, en faisant l’intéressant pour éveiller sa curiosité et/ou le mystérieux afin de capter son attention permettant ainsi une meilleure mémorisation de ton baratin, et tu lui dis : « Je suis un très bon coup ». Ca c’est le Teasing.

10: Tu es à une soirée et tu vois une fille très attirante. Elle s’approche de toi et te dit: « J’ai entendu dire que tu es un très bon coup ». Ca c’est du Branding, le pouvoir de la marque !

11: Tu es à une soirée et tu vois une fille très attirante. Tu remarques que d’autres gars sont sur le coup. Ca, c’est le marché de la concurrence.

12: Tu es à une soirée et tu vois une jolie fille. Tu la reluques avec des amis, tu fais des réflexions pas très fines, tu te bourres la gueule, tu ne fais rien du tout et tu rentres bredouille. Ca, c’est la réalité du marché.