Catégorie Archives : Télé-Réalité

Real-TV, candidats et autres horreurs…

Médiatisation et Troubles de la personnalité : les effets pervers de la téléréalité

Je me pose de plus en plus de questions sur les effets pervers de la téléréalité et ses dommages collatéraux.
Je sais que se moquer de ce genre d’émission, c’est un peu facile, ceci dit, je pense que le manque de recul d’un certain type de personnes, est de plus en plus préoccupant.

(Oui, je me soucie du bien-être de mon prochain)

Des gens « pas comme nous ».


Car passé une bonne rigolade; l’importance accordée à la médiatisation n’est-elle pas synonyme d’un mal-être profond?

On voit par exemple l’apparition d’émissions où le niveau d’exigences augmente; histoire de ridiculiser encore plus les candidats (Cf Splash avec certaines candidates).

Parallèlement, les réseaux sociaux prennent une place de plus en plus importante, permettant une médiatisation tout aussi fulgurante. On y retrouve principalement trois catégories:

• Des has-been de précédents télé-crochets ou autres real TV, désespérés de retourner dans l’anonymat.

• Des anonymes sortis de nulle part et misant sur le buzz internet pour faire de l’argent facilement et sans talent.

• Des blogueurs/ses jetant les moindres details de leur vie privée sur le net et adoptant une attitude belliqueuse pour lancer/prolonger un buzz.

Les reines et rois de France ont toujours mal fini…

Autant de catégorie regroupant divers degrés (et pas des moindres) d’égocentrisme, de mégalomanie et troubles narcissiques et histrioniques, adeptes à leur insu de Léon Zitrone :

« Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi ! »

I/ Trouble de la personnalité narcissique

DSM-IV : Le trouble de la personnalité narcissique se manifeste par le besoin excessif d’être admiré et par un manque d’empathie. Cette condition affecte 1% de la population ; Twitter et Facebook sont des mannes pour trouver ce type d’individus.

Le/a patient/e présente au moins cinq des symptômes suivants :

• le sujet a un sens grandiose de sa propre importance (surestime ses réalisations et ses capacités, s’attend à être reconnu comme supérieur sans avoir accompli quelque chose en rapport).
Particulièrement réputé pour poster un millier de fois par jour, des tweets d’un prosaïsme des plus consternant et prendre 15 000 photos des ses tartines pour son Instagram.

• est absorbé par des fantaisies de succès illimité, de pouvoir, de splendeur, de beauté, de perfection, ou d’amour idéal, cf : les niaiseries qu’on nous montre à la télé.

• pense être « spécial » et unique et ne pouvoir être admis ou compris que par des institutions ou des gens spéciaux et de haut niveau. En général, il s’agit, non pas d’organisme gouvernementaux, mais de producteurs d’émissions de téléréalité.

• montre un besoin excessif d’être admiré.

Besoin excessif d’être admiré

• pense que tout lui est dû : s’attend sans raison à bénéficier d’un traitement particulièrement favorable et à ce que ses désirs soient automatiquement satisfaits.

• exploite l’autre dans les relations interpersonnelles : utilise autrui (famille, amis, fans, s’il y en a) pour parvenir à ses propres fins (mensonges, chantages, violence verbale, menace de procès, etc).

• manque d’empathie : n’est pas disposé à reconnaître ou à partager les sentiments, les besoins d’autrui – et encore moins un avis différent du leur.

• envie souvent les autres, et croit que les autres l’envient : cf le fameux « vous n’êtes que des jaloux ! », à la moindre critique.

• fait preuve d’attitudes et de comportements arrogants et hautains : cf le fameux « vous êtes trop bêtes pour (me) comprendre ! », à la moindre critique.

II/ Trouble de la personnalité histrionique

DSM-IV : Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’Association américaine de psychiatrie (AAP), le trouble de la personnalité histrionique est un mode généralisé de réponse émotionnelle excessive en quête d’attention.

Représenté par au moins cinq des huit manifestations suivantes :

Une façon de s’exprimer assez particulière…


• Le sujet est mal à l’aise dans des situations où il n’est pas le centre de l’attention d’autrui.

• L’interaction avec autrui est souvent caractérisée par un comportement de séduction inadapté, ou d’attitude provocante : cf ceux qui balancent sur twitter leurs « photos à poual ».

• L’expression émotionnelle est superficielle et l’affectivité labile : les horribles kikoolol.

• Le sujet utilise accorde une importance excessive de son apparence physique et utilise régulièrement son aspect physique pour attirer l’attention (ou du moins, certaines parties)…

• La manière de s’exprimer est trop subjective et pauvre en détails, sans parler d’une indigence sans fond, dans la maîtrise du français.

• Il y a une dramatisation (théâtralisme, exagération du pathos) et une exagération de l’expression émotionnelle – d’où les expressions : « beaucoup de bruits pour rien » et « tout ça pour ça ».

• Le sujet fait preuve de suggestibilité : il est facilement influencé par les autres ou par les circonstances : cf des tendances à suivre (buzz des marques) et leurs poncifs récurrents.

• Le sujet a tendance à considérer que ses relations sont plus intimes qu’elles ne le sont en réalité : cf « j’ai 240 K amis sur Fb ».

Un art difficile à comprendre…


Voyons maintenant l’interview d’un certain Dorian Rossini – qui lorsqu’il s’exprime sur Twitter, réussit l’exploit de faire des fautes à tous les mots. J’imagine, que ses propos ont été plutôt difficile à retranscrire…

Personnage CQFD de ce post. Je précise que ce n’est pas une parodie.
(Vous pouvez le googler si vous avez un peu de temps à perdre)

Phrases mémorables : (j’aurais pu tout citer, mais on ne va pas s’en sortir, sinon)

Du très lourd arrive, je deviens chanteur et mon nouveau single « je suis Dieu » sera bientôt disponible.

Je deviens psychiatre et je confirme ; du très lourd arrive…

certains sont choqués que j’aime me mettre nu mais bon ils ont oublié qu’on vient de l’époque des singes et pour moi cette époque est très importante

Bonjour, je voudrais un livre qui parle de « l’époque des singes », siouplé !

Dorian Rossini la réincarnation de Dieu à la bénédiction des fruits et des légumes et ça fait du bien à la peau de recevoir des légumes sur le corps.

Et la mardi, c’est ravioli !

j’ai la mentalité américaine, là bas aux Etats unis ils sont « trash » ils se mettent nus, ils montrent du sexe à la télé, ils ont « zéro limit » comme moi en fait.

Regarder Hollywood Girls, n ‘est pas vraiment une référence pour appréhender la culture américaine.

C’est ce que je suis en train d’apporter à la France.

Merci, mais, non, on préfère que tu t’abstiennes de nous « apporter » quoi que ce soit.

Dorian Rossini est une religion, une secte qui s’agrandit de jour en jour. Je suis Dieu et je suis aussi très intelligent j’ai 160 de QI donc je veux faire des émissions intelligentes pas des émissions où il y a que des cons sans cerveaux

Dixit, le gars qui passe à « Tellement vrai ».

Dorian Rossini est une religion, je suis encré dans la religion.

Tu veux un stylo peut-être.. ?

To be WTF or not to be. That is the question!

Ca y est, j’ai balancé mes vannes, ça va mieux. D’un coté, j’ai une irrépressible envie de me moquer, de l’autre, je trouve cela très triste :

Dans d’autres interview, Dorian Rossini explique qu’il est en froid avec ses parents, car ceux-ci ont honte de lui (dit par lui-même).

Je conçois que ses choix de vie laissent perplexe, par contre, pas besoin d’être bien malin pour savoir que s’il essaye constamment d’attirer l’attention c’est qu’il n’en a pas (assez) eu des ses parents.

Quand il balance sur Twitter des photos/vidéos de lui nu, je pense qu’on sait tous à quoi ça s’apparente. Qu’il se fasse humilier ou agresser, le buzz suis son cours.

J’ai du mal à comprendre comment on peu laisser quelqu’un d’aussi fragile psychologiquement, seul, ou alors, ses parents font partie des gens qui font des gosses pour « faire comme tout le monde » ..?

Que va-t-il se passer quand le buzz va retomber ?

L’OMS doit-elle intervenir ..?
Monde, qu’es-tu en train de devenir… ?

Qui veut exécuter mon fils (et leur mère) ?

« Qui veut épouser mon fils », c’est le fleuron de la télé-réalité française de 2012 (si je puis dire).

Bien que pouvant provoquer une coulrophobie, Pascale à le mérite de savoir correctement parler le Français.


Le concept mise sur des valeurs sûres :

« Chercher l’amour » n’est pas risqué en terme d’audimat. Ca vend du rêve en carton pâte, de l’amour lyophilisé et des sentiments dégoulinants de mièvrerie. L’émission est présentée à la façon de « Desperate Housewifes », qui n’a de commun que le mot « désespéré ».

Je crois d’ailleurs qu’à peu près tout a été dit sur le sujet… Notamment sur la consternation tenace ressentie à chaque visualisation.

Les candidats de « Qui veut épouser mon fils ?» sont tellement caricaturaux que je n’ai pu m’empêcher de trouver des similitudes (inquiétantes) avec les personnages d’Happy Tree Friends.

Alexandre (30 ans), le prétentieux fade, fils de Linda.


Frédéric (37 ans), la balourd-idiot du village de cul-terreux, fils de Chantal.


David (28 ans), qui gagnerait à investir dans une poupée gonflable, fils de Rachel.


Julien (30 ans) le candidat kéké orange qui exige un harem, fils de Serge.

Morgan (31 ans), le pianiste maniéré qui s’habille en velours violet, fils de Pascale.

Exemples des requis pour les candidates de « Qui veut exécuter épouser mon fils? » :
Rien qu’à voir comment certaines traitent les candidates : Le coté misogyne et rétrograde n’est plus à démontrer.

Va dormir au grenier, petite boniche ! (Pascale mère de Morgan).
Va te faire siliconer, poupée barbie ! (la plus flippante dans son bad trip poupée réelle pour jouer avec – Rachel mère de David).
Va faire à manger !!! Al Dente les pâtes!!! (Linda mère d’Alexandre).
Fais donc des gosses à mon fils, il commence à se faire vieux (et gras/et orange)! (Chantal mère de Frédérique et Serge père de Julien).

Messages aux mères (et aux pères) : si votre fils est un handicapé social et des sentiments, c’est aussi à cause de votre éducation bornée, binaire, abstruse, revêche et grotesque.

Snog, Marry, Avoid: l’émission de relooking moche!

“Snog, Marry, Avoid ?” est une émission de relooking moche vestimentaire diffusé en Angleterre sur le BBC. Elle a été horriblement mal doublée et traduite en France par « Pitié délookez-les ! » sur Direct Star, sinon, elle se trouve facilement sur Youtube.

C’est aussi pour cela que ce post est dans la catégorie : Zombies et autres Horreurs (oui, comme la télé-réalité).

On va encore parler de ‘mode’, les enfants !


Le concept est de prendre des jeunes filles au look complètement immonde (mais qui a le mérite de coller à leur personnalité) et de les « relooker » avec un style banal, fade, voire tellement tarte que même mémé n’en voudrait pas!
(c’est chouette hein ?)

Tout cela dans le noble but de promouvoir la… Beauté naturelle… Hé!

Oh, mais attendez!! Le nom de l’émission, ce n’est pas: « Snog, avoid, marry ? », soit ‘Rouler une pelle, se marier avec ou à éviter?’, dites ???

Une émission qui relooke les filles pour demander au gars moyen s’il lui roulerait une pelle, s’il se marierait avec (d’où la phrase: ‘oh, oui, elle est assez bonne pour être mariée’, prononcée par un gars qui passait par là, dans l’émission), ou s’il fuirait la fille en se basant UNIQUEMENT sur son look.

Bon, bon, ce n’est pas du tout rétrograde, nous ne sommes plus au moyen-âge! C’est 2012!!! Une belle époque pleine de modernité et de …

Les filles n’ont pas l’air de se rendre compte que l’émission sert à copieusement se foutre d’elles (lâchement dissimulée via Pod-la robote et les témoignages aléatoires du gars moyen qui passe dans la rue).

Moi je dis ça, je ne dis rien!


Description détaillée et pas du tout illogique du concept!

• D’abord, un look dépend de la personnalité. Changer pour coller à une idée du socialement acceptable, ce n’est pas manquer de personnalité, c’est… oh, attendez, ça passe à la télé???

En inversant le raisonnement, si la tendance était au look dinde, les filles élégantes refuseraient de suivre la tendance. Donc, le relooking, ça ne sert à rien, si ça ne cadre pas avec la personnalité de la personne concernée (sauf, si c’est pour faire bonne impression à l’entretien d’embauche, où on vous filera de toute façon un contrat de stagiaire) .

• Si les filles ont envie d’avoir un look hideux, ça les regarde (après tout, elles ne tiennent pas un blog de mode et n’ont pas la prétention de se qualifier de styliste – contrairement à l’animatrice et à la fausse robote, ou à d’autres qui se croient super stylées).
Ce n’est pas non plus illégal de s’habiller en fluo (je vous le conseille, si vous faîtes du vélo le soir), ou de se cramer la peau aux UV (chacun son truc, tant que vous ne m’emmerdez pas).

• C’est rétrograde, car les filles à relookée doivent se conformer à ce que des inconnus attendent d’elles. Les commentaires à leur égards sont franchement blessants, ridicules (les gens qui donnent leur avis ont un look pourri qui ne leur permettent pas de faire les malins), intolérants, voire insultants.

Qui est la présentatrice et qui est à relooker ? Attention, il y a un piège !


• « Pod- la robote », est une animation débile pour les enfants de moins de 4 ans. Elle sort des vannes que même Carambar® n’oserait pas mettre dans ses « blagues ».
Les dialogues ne sont pas du tout naturels, c’est (mal) préparé à l’avance et les répliques sans authenticité font pièce de théâtre mal écrite et mal jouée.
Ca sent le réchauffé. C’est hyper fake. Ce n’est ni drôle, ni subtil.
C’est même de mauvais goût quand ce n’est pas carrément insultant…

Exemples (tiré de répliques véridiques) :

Pod : Alors, pourquoi tu t’habilles en pouffiasse, tu trouve ça beau ?
• La fille : Heuuuuu, hihihihi, je trouve ça beau, oui, hihihihi !!!!! ♥♡♥ ♡
• Pod : Je peux voir ta culotte !!! Et c’est moche ! Comme tout le reste de ta personne d’ailleurs.
La fille : Ouiiiii, ben, c’est fait exprès, hihihihihihi, LOL !!!!!!!!!!!!!!! •*ღ♥´¯`*•.¸¸♥ღ

(Quelques secondes plus tard)
Hé ho, mais c’est pas gentil !!!!! LOL !!! Hihihihihihihi !!!!! ♡♡★

Lucy passe du look ‘dinde’ au look ‘pintade’. Vous admirerez le résultat !


• La présentatrice (Jenny Frost, heureusement remplacée après 4 saisons) n’a aucune élégance ; ses cheveux sont dé-gueu-la-sses. Pas coiffés. Secs, comme un vieux pruneau desséché oublié au Sahara, avec de grosses racines sales non-décolorées. Elle est maquillée comme une paysanne daltonienne atteinte de Parkison – mention spéciale à ses sourcils marron-oranges peints avec un karcher et taillés avec une pelleteuse.
Elle utilise sûrement une truelle pour passer son fond de teint. Et son eyeliner et faux-cils ont l’air d’être appliqués avec une perceuse.

Son style vestimentaire est indéterminé, sans goût et ringard. Elle ne dit jamais rien d’intéressant et rigole bêtement; on dirait une chèvre (sans vouloir insulter les chèvres).
Cependant, le tout cadre relativement bien avec son air très niais, comme quoi ; les apparences ne sont pas toujours trompeuses….

• Pour finir, les participantes gardent rarement le look proposé/imposé (d’un autre coté, passer d’un look manga fluo à celui de dinde/mémé terne/pintade bis…).

On a même l’impression qu’elles sont choisies au hasard et sans leur demander, et qu’elles n’ont jamais voulu changer de style vestimentaire.

Je me demande d’ailleurs pourquoi elles participent – si ce n’est pour faire plaisir à leurs parents et avoir leur ¼ d’heure de célébrité à la télé…c’est…
Oh, attendez, ça passe à la télé???


Lien :
Vidéos de l’émission sur Youtube.

On prend les mêmes et on recommence: les Ch’tis font du Ski!

Après le carnage intellectuel et le génocide de vos neurones, j’ai nommé: l’évènement de la rentrée 2011 : « Les Ch’tis à Ibiza ».
Les candidats du Jersey Shore français, ont tellement laissé perplexes et consternés les téléspectateurs (surtout ceux du nord), qu’ALJ Prod remet ça avec : « Les Ch’tis font du Ski », même « concept », mais pour l’hiver.

Depuis; les relations diplomatiques avec l'Autriche sont tendues...

Depuis; les relations diplomatiques avec l'Autriche sont tendues...


La prod n’a pas changé la recette qui marche (même si ça marche pour de mauvaises raisons). D’ailleurs il n’y a pas de site officiel (à part W9), ni vraiment de promo (à part la bande annonce risible du début), ni de nouveau générique; c’est plus économique.
J’ai appelé ALJ Prod (au 0141922200), dans l’idée de leur demander, entre autres :

• Le coût de la location du chalet (je dirais, environ 4000€ la semaine, hors aménagements caméras, etc)
• Combien coûte un candidat : cours de ski, forfaits, locations de matériel, etc
• Je voulais savoir si les candidats avaient un visa, mais théoriquement, ils peuvent « travailler » en Autriche sans.
• Combien sont payés les candidats pour se ridiculiser de la sorte.
• Quel est le type de contrat à l’embauche dans la station, car les employeurs proposant les jobs pour les candidats sont forcément partenaires de l’émission.
• L’Autriche a-t-elle saisi le tribunal de la Haye?

La réceptionniste m’a demandé pour quel magazine je travaillais (je ne suis rattachée à aucun, j’écris pour mon blog) et après m’avoir fait patienter, elle m’a suggéré de contacter le service presse W9 (qui de toute façon, ne peut pas répondre à ces questions). On est bien mystérieux chez ALJ Prod.

Bref, pour revenir à nos moutons.

Le « Concept » : payer des vacances hors de prix à des beaufs, incapables de les apprécier.

Descriptif des candidats :

Par exemple: Jordan...

Par exemple: Jordan...


Christopher qui a transformé ses oreilles en gruyère (tiens, comme son cerveau!) et qui veut « faire connaissance avec la neige » sic. Sinon, il est toujours aussi… égal à lui-même.
NB : Est-ce que quelqu’un peut lui (à lui ou à Kelly) dire qu’un gogo danseur est un strip-teaseur ?
A part ça, il est toujours analphabète.

Gaëlle qui en voyant des strip-teaseuses en sous vêtement s’exclame d’un ton qu’elle veut docte : « ce n’est pas de la grande danse ». Bravo, Gaëlle, ta perspicacité me sidère tant elle est affûtée…
Sur sa lancée d’analogies antinomiques, Gaëlle fait plus tard une comparaison avec les danseuses de ballets…(ces dernières doivent apprécier).

Celine : ne sert pas à grand-chose. Elle danse, elle fait le « mannequin La Redoute » et glousse.

Vincent : Arrache toujours ses tee-shirts en boite. Autre particularité; il porte un manteau de (fausse ?) fourrure vraiment très kitsch. Citation : « Elle est mignonne elle est comme moi », donc Vincent : tu es mignonne.
NB : Vincent est le seul à tenir debout sur ses skis.

Vincent : le candidat à la fourrure kitsch.

Vincent : le candidat à la fourrure kitsch.

Jordan qui a tellement une sale gueule que je pense qu’il est drogué. Il a aussi la gay attitude : dort dans le même lit et saute sur Vincent dès qu’il le peut, dors dans son lit ou celui de Christopher et se colle à eux…
Dans l’émission Jordan sert juste à faire la plonge et à renverser de la cire sur le Mac de Guillaume.
Après le massacre des ventilateurs, Jordan s’en prend aux ordinateurs.

Guillaume : qui a un serre-tête ridicule, deux boucles d’oreille blanches et moches, 5 litres de laque qui gèle sur son crâne, un chewing-gum mâché façon ruminant, des tenues bariolées ridicules qui font très mal aux yeux, veut « monter qui est le patron sur la snow direct » (sic) mais tombe tout les deux mètres sur sa petite planche de snow de kéké en sortant les poncifs suivants :
« ils vont tous tomber de haut », « on ne joue pas dans le même cour », etc, etc & blablabla, (voir le portrait de Guillaume, où l’on peut voir sa maman lui demander de mettre des préservatifs dans sa valise).

Il se présente toujours aux DJ en disant (et en leur arrachant presque le micro des mains) : « I am euh big dj de France (sic) »…
Oui; Guillaume se présente donc à chaque fois comme un DJ en surcharge pondérale.

Guillaume aka « Big » DJ busy G, le candidat le plus ringard de toute l’histoire de la Real TV.   « DJ Hip Hop » qui fait le signe des métalleux, ça rime à quoi ?

Guillaume aka 'Big'DJ busy G, le candidat le plus ringard de toute l’histoire de la Real TV. Et sinon, un DJ Hip Hop qui fait le signe des métalleux, ça rime à quoi ?


Il est également incapable d’aligner deux mots en anglais autres que ceux-ci, quand à la « musique » dont il abreuve le public qui ne lui a rien demandé, il s’agit d’un remix très pourri de la Kalinka (un trip spécial. J’aimerai qu’il explique ce choix, s’il en est capable. Ou peut être qu’il pense que l’Autriche fait partie de la Russie…), pour finir il beugle ensuite dans le micro (il dit le « MC » pour faire genre) le charabia suivant :

Eh eh eh oh oh oh iiiiiooooooooooo … (véridique et consternant)

Mais, le plus drôle (ou le plus triste, c’est selon) c’est que ça a été sous-titré par la prod…

Vous l’avez deviné, guillaume est prétentieux. Dommage pour lui : il n’a aucun talent.

NB : le premier soir, Guillaume est allé prendre les platines du « booker » (le gars qui leur proposent des jobs tous pourris à leur niveau) qu’il a été incapable de reconnaitre le lendemain. Un sens de l’observation hors normes, donc.

Tressia : aka Miss 50 kilos de mascara sur chaque œil, est là pour draguer Christopher. Est-il utile de mentionner ceci (vidéo clash poupée)?
Hillary : aka la fille la plus prosaïque de l’émission, est là pour draguer Vincent.

Hillary vous présente : ses cheveux.

Hillary vous présente : ses cheveux.

Kelly (encore hors cast) qui arrive à la deuxième semaine pour laisser les candidats tranquilles et pour que Christopher puisse se lâcher.

Kelly ne reste qu’une semaine et part un jour plus tôt (au grand soulagement des autres candidats) en raison d’un « clash » avec Gaëlle qui lui a envoyé trois vannes (mais bon, Kelly est très susceptible, vous savez, ses faux agents artistiques aussi).
Bref, dès le premier jour ça se passe mal, les anciens candidats l’ignorent en faisant la fête ce qui la plonge dans le désarroi le plus total. Je ne sais d’ailleurs pas à quoi elle s’attendait, mais apparemment, elle a une mémoire de poisson rouge.

Moi aussi je peux faire des montages photos kitsch !

Moi aussi je peux faire des montages photos kitsch !


Suite à un casting de danse de podium pour la boite le Pacha, Kelly est évincée ; le casteur (le casteur pas le castor) préférant Céline et Gaëlle.
Oh non ses deux pire ennemies c’est vraiment affreux !!!

Kelly rage en beuglant que le casteur a des goûts de merde, a seulement préféré leur façon de danser à elles, et que ça ne veut pas dire que son Kelly-style-cheap-trivial était pourri.
Elle l’accuse ensuite d’avoir une aversion à ses kilos en trop.

Ce qui m’a le plus choquée, ce ne sont pas les 20 kilos qu’elle a l’air d’avoir pris depuis les Cht’is à Ibiza, mais la vulgarité de sa tenue noire synthétique imitation latex, taille 34 alors qu’elle doit faire un bon 44, qui faisait passer les « vêtements » de prostituées pour ceux de ta grand-mère (photo ici).
Kelly, même en surpoids, il est possible de s’habiller de manière décente.

Du coup, Kelly est encore plus énervée en voyant les autres candidates habillées en bonnasses.
(Est-ce que je dois vraiment préciser qu’elle a tiré la gueule tout le long?)

Passé un certain point avec Kelly (qui chougne sur les pistes vertes), je me demande s’il elle en rajoute énormément pour faire le jeu de la Prod ou bien, si elle ne se rend vraiment compte de rien….

Pour résumer, sa seule « utilité » était de pourrir la vie des candidats comme dans la saison 1. Lire l’interview de Kelly + commentaires.

+ Photos.
Vidéo de Chogal89: lien direct

Voilà, je n’ai pas regardé tous les épisodes, car j’ai l’impression de perdre des neurones à chaque fois, ceci dit, je suggère à ALJ Prod, une destination phare pour la troisième saison, s’il y en a.

Merci de considérer comme lieu approprié et salutaire :

« Les Ch’tis à Tchernobyl. »

Cordialement,

Strategical.

L’irréalité du monde du travail : les Ch’tis a Ibiza (D’Ibiza au Pôle Emploi) Bilan Post traumatique

les Ch’tis a Ibiza (D’Ibiza au Pôle Emploi) Bilan Post traumatique de l’émission.

Ibiza: le lieu du Drame…

Ibiza infos wiki …… Photo prise là.

NB : je n’ai pas pu suivre tous les épisodes pour causes d’horaires débiles et de « je n’ai pas que ça à faire ». Mais ça ne va pas m’empêcher de me moquer !
NB2 : Sur le magazine Télé, il y a écrit « Les Ch’tis a Ibiza: documentaire » : j’ai rigolé.


Cast : « Du moins » pire au pire.

• 1.Une méchante pas trop bête: Gaëlle.
• 2.Une dinde pas trop méchante: Céline.
• 3.Un mec qui ne sert à rien : Joeffrey ( à partir d’ici, l’odre n’a plus vraiment d’importance).
• 4.Une pleurnicheuse paumée : Daïna (quitte volontairement le show pour retrouver son fils de quelques mois). Bon ça ne fera qu’une fois de plus qu’un jeune parent quitte une émission de real TV pour retrouver son bébé. Et sinon, ça ne vous dit pas de laisser la place aux autres ? Parce que les candidats qui quittent le show au bout de quelques jours en pleurnichant, ça agace. C’est sûr que des vacances tous frais payés à Ibiza, c’est hyper dur à supporter !
• 5.Un incapable de parler français (voir le ‘Best Of’ et avoir la joie d’écouter ses 3 mots de vocabulaire ) martyrisé par Kelly: sa copine folle. Christopher le toutou (futur homme battu ?) est le candidat le plus débile de la téléréalité (ce qui n’est pas peu dire).
• 6.Un obsédé irritable et borné qui drague même des ventilateurs : Jordan
• 7.Un prétentieux DJ de foire : Alex
• 8.Un baltringue en mode « fête du slip » qui se croit beau: Vincent
• 9.Une fainéante pourrie-gâtée égocentrique : Anastasia

Le cast... Gratinné.

• Hors cast.L’Epic Fail de l’émission : une folle poissonnière hystérique jalouse maladive, 100% beauf: Kelly (non comprise dans le cast original). Fait une apparition aussi remarquée que sidérante par son comportement qui me laisse sans voix. Vous la reverrez sûrement dans une suite : W9 tient une « winneuse » ! Kelly, Bravo à toi d’avoir réussi l’incroyable contre-exploit de repousser les limites de la débilité et de la beauf-attitude lors de ton passage dans cette émission.

Petit lexique de ce qui se cache derrière les mots de Real TV :
Terme de real tv = Terme c’est ça dans la vraie vie !
Danseuse=caissière ou vendeuse,
Mannequin= mannequin Tati,
Barman=nettoyeur de vomi en discothèque,
DJ=passer 3 CD dans le lecteur CD (et encore, il faut une aide. Pour obtenir plus de CD aussi)
Gogo Dancer=Stripteaser bas de gamme,

Attention Christopher ! Tu vas encore t’en prendre une !

Ci-dessous la liste des incohérences, comportements scandaleux et autres fautes professionnelles relevées dans l’émission(liste non-exhaustive). Dans la vraie vie, si vous faites ça, (au mieux).vous êtes virés.

• Jamais de contrat, alors que dans la réalité il leur faudrait un N.I.E. et N° SS (sécurité sociale) avec des délais d’obtention de 3 mois pour avoir le droit de travailler : mais ça on s’en fout, c’est l’Espagne (sauf que ce n’est quand même pas légal, mais passons, passons !!)! Et puis de toute façon, ils se font virer au bout de deux jours, alors… Hînhînhîn!

• Pas de langue parlée : des candidats incapables d’aligner trois mots en espagnol ou en anglais. Bah, déjà qu’ils n’y arrivent pas avec le français non plus(Les Ch’tis à Ibiza : 10 fautes de français à la minute !)….Du coup, ils communiquent avec de grands gestes pour mimer. Trop pro !
Quand on va dans un pays étranger, on fait l’effort d’apprendre au moins les bases. Si vous ne le faites pas pour faciliter la communication avec les autochtones, faites le pour votre confort !

• Les barmen ne savent pas ce qu’est : « l’amabilité envers le client » (tout un concept^^). Jordan qui hurle presque sur les clients pour la commande, et qui s’en va ensuite jeter violemment Céline dans l’eau, en lui tordant le bras et le pied au passage : super image pour le bar ! Et pour celui qui peut ramener « dix filles par soir » (comme il l’a dit dans son portrait). Dix râteaux avec claques plutôt.

• Les barmen (bis) ignorant la composition des cocktails standards et connus. Euh, ce n’est pas votre travail ça : de connaitre les ingrédients dans les boissons ??? Ah bah non, c’est la faute de la carte, ce n’était pas écrit !! Maudite perfide carte plastifiée !!!

Trop dur la life !

• Pas de maitrise de la langue : Vincent ne comprend pas la commande et …pleure. (Oh, je l’ai déjà mentionné !). C’est si dur d’apprendre que bière en anglais se dit beer.. ??? (prononcer biiiire). Hînhînhîn

Lors qu’on donne des flyers, on est sympa (on n’aborde pas les gens en leur sautant dessus comme un clodo), on explique ce que c’est comme il faut. Et surtout SURTOUT, on ne les donne pas aux baigneurs les pieds dans l’eau, parce que tu vois Vincent, quand on se baigne, on ne veut pas d’un flyer qui va gêner pour la brasse, tu comprends ?? Gné !

• Le ‘DJ’ incapable de s’adapter à la clientèle et de mettre une musique « Disco ». Bah, non, lui c’est un expert de la tecktonik, alors le reste Pfffff ! (un DJ avec 3 CD donc….)

• Dédaigneux et arrogants : le DJ (encore) qui refuse d’annoncer Céline (qui aurait pu apprendre en espagnol et en anglais la petite phrase : « bonjour, je suis modèle pour la boutique », mais non), parce que ça fait « Dj de foire »… C’est sûr, se contenter de mettre trois CD c’est quand même hyper plus pro !!
Alex, les autres DJ parlent dans leur micro, tu sais… Non. Il ne sait pas.

Au final, on n'aura pas vu le coté paillette d'Ibiza...


• Lorsque les candidats répètent une danse, Kelly à qui on a rien demandé et en manque d’attention, fait une scène – On notera le « touche-moi pas » au lieu de « ne me touche pas » en vrai français de France….(Kelly, je te souhaite d’être reprise sur une autre téléréalité, parce qu’avec les images qu’on a vu, personne ne te donnera un emploi. Même en étant poissonnière sur le marché tu ferais peur aux clients). Christopher en stress, fait de surcroit un malheureux lapsus kamikaze qui l’enfonce encore plus (il dit « j’ai arrêté de dormir avec elle » au lieu de « j’ai arrêté de danser avec elle » 😀 ).
*PAN!*

On est passé à deux doigts du meurtre…

• Divers : refus du port du tee-shirt du club, aucune ponctualité, les danseuses ne s’inquiètent pas de prendre leur tenue de danse – qu’elles oublient donc, incompréhension des consignes, quand les consignes sont comprises : mauvaise volonté, demandes injustifiées pour changer pour un poste plus « cool », autres scandales et blessures directement liées à leur stupidité, etc…

• Attitude misérable vis-à-vis des autres travailleurs, irrespect de horaires et non-professionnalisme, exemple : après le faux mariage (oui, ce n’est pas valide juridiquement tant que le contrat de mariage n’a pas été signé) de Christopher et Kelly, cette dernière ne supportant pas d’être abandonnée par son homme, exige : qu’il n’aille… pas travailler.. !!!

*Euh, Kelly, dans quel monde tu as vu qu’on pouvait faire ça ??*

Christopher, bien brave toutou, s’exécute en se baissant bien bas vers ses doigts de pieds (et en demandant à Jordan de le remplacer). Plus tard, prit de remords, il s’en va gaiement trouver ses patrons pour leur expliquer que « mariage, blablabla, repos today, blablabla, c’est pas grave hein ??? ». Les patrons font genre : « ouais, bon, ‘félicitations’, allez casse-toi mais reviens demain, y’a personne pour sortir les poubelles ». Pas de problèmes donc ! Christopher est content. Puis, tout fier, il explique son travail à sa beaufette…qui trouve ça nul (oui, il est serveur aussi, tu t’attendais à quoi, qu’il serve les commandes avec une navette spatiale, hînhînhîn?).

*Décidemment, celle-là, je me demande si elle a travaillé dans sa vie…
Les stages et autres jobs étudiants risquent de tourner au carnage avec elle.*

Bon, c’est super réaliste votre truc ! La même scène en France finirait aux prud’hommes.

Anastasia : « ça m’a ouvert (sic) je me suis découvert…quelque chose… (re-sic) ».

Je vois déjà toute une bande de djeuns débarquer à Ibiza en s’imaginant que n’importe qui peut être embauché n’importe comment et en faisant n’importe quoi…Le tout logés dans une villa à 3800/€ la semaine BIEN EVIDEMENT (le coût de la villa est estimée par rapport à des sites de location de villa à Ibiza de même prestation et aux dates similaires).

Estimation de ce qu’un civil normal aurait dû payer (sans compter le billet d’avion) :
[[(3800€/9 (nb de candidats) + 50€ nourriture + 100€ extras : activités, taxi etc] x4 (nb de semaine)]] = (env) 2290€ pour le mois et par personne !!
(Il est fort probable que ce soit bien plus, parce que: tatouages, achats de vêtements, coût de la ‘cérémonie de mariage’, etc)

Sauf, que ce n’est pas en « travaillant » 3h par soir et deux nuits par semaine, que les candidats auraient pu réunir cette somme.
Surtout si c’est pour tout salir ensuite!

Le must : Dites, c’est super intelligent de commettre des délits tout en étant filmé par une équipe 24H/24 !!!

Les Ch'tis tentent d'arnaquer un commerçant sous l'oeil des caméras...

Refus de payer la location des transats sur la plage:

« Vincent, Christopher et Jordan doivent choisir entre payer, aider au bar ou être interpellés par la police pour compenser leur acte. Mais, alors qu’ils choisissent de donner un coup de main, les trois Ch’tis partent en courant. Et c’est Alex qui est prié de continuer les tâches. Il finit par fondre en larmes… »

Un retour mouvementé vers le nord...

En plus, à Ibiza tous les commerçants se connaissent. Lorsque la bande refuse de payer, vous croyez que personne ne sera au courant ?? Que le commerçant ne va pas en parler à tous ses collègues et connaissances ?? Ah bah si !!

Bravo, vous renvoyez une formidable image de votre métier (et votre région doit être fière de vous !). Quand j’écris formidable, comprendre : Incompétents, irrespectueux, prétentieux, capricieux, fainéant, mal-élevés, sales, ingrats, mesquins, brutaux, etc

Les futurs candidats...Physiquement, on n'y perd pas au change.

Bon, ça serait sympa que quelqu’un disent que, si les le boss sont hyper sympas, et patients et, si les ch’tis sont embauchés aussi facilement, c’est uniquement parce qu’avoir une équipe qui filme le club/boutique/bar, ça fait toujours un coup de pub pour les gérants!

Dire que je pensais que l’émission leur servaient à trouver un CDD à Ibiza pour s’y installer.. ! : D

Et je terminerais par :
Alexia Laroche-Joubert devance les questions et se justifie. « Pourquoi des « Ch’tis » ? Parce que ce sont des gens formidables, généreux, chaleureux. Et parce que les gens du Nord sont d’invétérés fêtards. La nouveauté, c’est que pour la première fois, une boîte de production a ouvertement ciblé cette population déjà largement stigmatisée à la télévision. »

Tu as raison Alexia Laroche-Joubert, ils ne seront plus du tout stigmatisé après ça !

LIENS: Episodes.
EDIT de Mars/12, Voir l’article: Les Ch’tis font du Ski.
Plus de Real TV sur ce blog.
Partir en Espagne, sur la Costa Brava.

Bad Girls Club, la téléréalité: un cran en dessous.

Parlons un peu de Real TV : plus besoin de faire des sitcoms avec des acteurs qui jouent mal ; il y a tellement de candidats au fast-food de la célébrité low-cost maintenant !

Bad Girls Club Saison 5 à Miami. Nous vivons une belle époque, y’a pas à dire!

Alors qu’en France on reste sur (majoritairement) du Secret Story fade (directement adapté de Big Brother) avec quelques disputes bêbêtes et des pleurnichouilles à deux balles. W9 veut faire du lourd dans la beaufitude et lorgne du coté du pathétiquement célèbre « Jersey Shore » (dont le concept est de suivre une bande de ploucs alcooliques- je n’ai pas encore regardé un épisode complet, car j’ai peur d’atteindre le point de non retour avec ça) avec les «Ch’tis à Ibiza » (pareil: plus de moquerie sur le Ch’tis à Ibiza sur ici même). Je dois dire que W9 à bien choisis ses « candidats »… En outre, la géo-localisation « plage », ajoute un coté festif très télégénique (ça rappelle les vacances, tout ça). Et puis Ibiza, c’est fashieune.

Pour ma part, je suis scotchée de stupeur et d’effroi avec Bad Girls Club. La série en est déjà à la saison 7. Pour l’instant j’ai regardé la saison 4, 5, 6 et 7 – en cours de diffusion aux States.

Bad Girls Club Saison 5 à Miami. Plus violent que Dexter!

Le concept ?

On prend 7 folles jeunes femmes entre 21 et 29 ans (et ils ne prennent pas les plus moches : télégénie oblige), rebelles ->comprendre déjà arrêtées pour voie de fait, troubles sur la voie publique, atteintes aux bonnes moeurs etc, voire incarcérées, voire anciennes/actuelles toxicos pour certaines. (tout un programme…)

Elles sont dotées d’un physique, d’une grande gueule, mais de seulement 10 mots de vocabulaire et 3 neurones, et débarquent pour vivre pendant deux mois, dans un manoir hyper classssssieux à 6 millions d’€ (environ 8 millions de dollars USD) situé dans une grande ville étasunienne : Miami en Floride, Los Angeles en Californie, La Nouvelle Orléans en Louisiane. Gnagnagna.

Il n’y a pas d’élimination avec un vote du public ; les filles partent quand elles en ont assez que les autres soient si méchantes avec elles, snif-ouin-ouin. Toujours un grand moment d’émotion, pendant lequel, la Bad Girl essaye de rassembler ses affaires jetés, abîmés, déchirés ou cassés, partout dans la maison et les piscines par les autres filles.

Elle est ensuite remplacée par une autre Bad Girl, aussitôt détestée par les autres, car n’étant pas du casting originel.
Apparement (et bizarrement), aucune ne regarde les émissions précédentes (car elles méprisent les anciennes Bad Girls qui sont si faaaaaake), ou alors elles regardent, mais sont trop vaniteuses pour envisager que les autres filles ne s’applatissent pas devant elles, ou sont incapables de tirer les conclusions qui s’imposent…
(à savoir qu’elles vont toutes se ridiculiser).

Sur le site d'Oxygen, les commentaires sur les candidates sont pour la majorité insultants. Screen pris au hasard sur la page d'une candidate de la saison 7.

Elles peuvent sortir (chose impossible à Secret Story), téléphoner (bien qu’elles doivent laisser leur véritable téléphone et Ipod à la prod pendant la durée de l’émission), inviter leurs amis (aussi cinglés et grossiers qu’elles), inviter un gars (des fois, une fille) rencontré en boite pour passer la nuit et le virer comme un clodo le lendemain, aller au faire du shopping, se rendre chez le coiffeur (pour refaire les extensions), se faire une manucure (version ongles en plastique fluo pour dindes) ou son tatouage non pas tribal mais trivial (passage culte), bref mener une vie normale de fêtarde débile, soûle, superficielle, vaniteuse et agressive.

Piscine Miami. Avant que la valise d'une Bad Girl soit balancée dedans.

D’ailleurs, on appelle ça socialite en Anglais, c’est beau quand même, un mot pour ça… Fêtard/e qui glande…

En fait, vous l’aurez compris, vous qui me lisez et qui êtes si intelligent: il n’y a pas de concept, mis à part qu’elles se battent entre elle toute la journée et aussi (surtout) la nuit. C’est filmé à la Bervely Hills: vues aériennes de la ville et vue du manoir en début d’épisodes pour bien vous faire rager  rêver, cliffhanger à la fin, etc
Pour elles, le bénéfice est double : se faire connaitre rapidement et évidement accéder à une célébrité rapide, mais aussi cheap qu’un string synthétique fluo fabriqué dans une usine du tiers-monde, mais surtout, les Bad Girls ont envie de « vivre une expérience ‘amaaaazing’ pour réfléchir sur elles-mêmes, au sens de leur vie et à leur comportement blablablabla ». (et la marmotte….)

Miami PREND GARDE!!!!

C’est du LOURD !

SAUF QUE SAUF QUE SAUF QUE : les filles sont odieuses, insupportables, malveillantes, hystériques et s’hurlent dessus au moindre affront (ou phrase mal comprise, ou parce que l’autre fille a de plus belles extensions capillaires, ou … sans raison apparente), ensuite elles en viennent aux mains et se battent violemment en cassant tout dans la maison – à tel point que les cinq vigiles baraqués de la sécurité ont du mal à les séparer. D’ailleurs, en moins d’une journée le classieux manoir est entièrement saccagé (porte cassée, poignées arrachées, tous les vases et verres sont par terre, lancé de bouteilles en verre, tout est salis, vêtements et chaussure jetés au sol et dans les piscines, matelas et draps jetés dans le jardin, vomis, jetés de sceau à vomi (véridique), etc).

Han.

Souvent elles se battent dans la rue (ou à la plage comme à Miami – Saison 5) en poussant des cris strident ponctués d’injures de niveau en dessous de la ceinture, avec des civils lambda qui n’aiment pas l’émission et les insultes (‘b*tch’ est le mot le plus utilisé dans l’émission : environ 36 fois par minute) ou font juste un petit commentaire désagréable, tel que : ‘You’re not f*cking famous !’ (traduire par : vous n’êtes pas f*cking célèbres !).
Du coup, toutes les « Bad Girls » leur tombent alors dessus pour les maaaaassacrer !! Et « laver l’affront », mais surtout parce que tout se résout par la baston dans leur vie… bah, oui, c’est ça la « civilisation du XXIème siècle » ! Alors la police arrive et en arrête quelques unes (en général, celles qui ont dit « f*k you », ou « casse-toi » à l’agent) qui passent la nuit au poste.

Ca pleure, ça crie, et ça casse tout.

Bad Girls Club Villa Miami. Avec ce petit coté: "donner de la confiture aux cochons".

Bah. Au moins… On ne s’ennuie pas…

Ca choque, des filles qui se bagarrent aussi violement : ça fait du buzz, c’est à la fois drôle et affreux. Tout au profit de la production : Oxygen qui enchaine les succès avec ce type d’émission (un audimat record qui passe allègrement la barre du million – voire 2 millions, de téléspectateurs par épisode) et lance même des Spin-off (dérivés de la série) en veux-tu en voilà.

L’indigence intellectuelle au service du marketing…

Bad Girls Club Villa Miami de 8 millions de $.

Oxygen va vous faire rêver (ou faire faire des cauchemars, c’est selon).

NB: Les bagarres avec des vrais civils !

Tout au long des saisons, les BG se frittent entre elles mais aussi avec des civils aléatoires !
Ce la s’explique par l’impopularité du show et des filles. Quand elles sortent les Bad Girls sont insupportables, arrivent en braillant dans les club « BAD GIRLS CLUB WOOOOOOOHOOOOOW » (‘-_-), qu’elles sont très vulgaires (certaines sont stripteaseuses et ça se voit. Les autres ne sont pas stripteaseuses, mais ça ne ce voit pas), grossières (en mode : retentissantes poissonnières mitrailleuses d’insultes), qu’elles saccagent le manoir (et d’autres locaux) comme des clochardes en manque de drogue (ce qui est ûrement le cas de toute façon), et qu’elles balancent des verres et des bouteilles aux gens qui ne leur plaisent pas comme ça, et crachent aussi.

Et puis le fait de se balader de partout avec une limousine et avec les cameramen et se taper entre elles, n’aide pas non plus, niveau discrétion.

Bad Girls Club Villa Miami. L'une des piscines.

Bad Girls Club Villa Miami. L'une des piscines...Encore propre. Parce que je vous ai mis les images du début! ^^

Dans la saison 7, elles se sont battues dans la limousine (oui, la prod met à leur disposition, tous les soirs, une limousine noire qui vient les chercher pour aller en boite de nuit), donc elles se battent dans la « limo » en jetant tout l’alcool du bar sur leurs rivales, mais ça éclabousse toutes les autres, alors ça crie, ça s’insulte et ça se rebat toutes ensemble – du coup le chauffeur est obligé d’arrêter le véhicule, parce que ça devient trop dangereux de conduire sinon- vu que ça le déconcentre, et d’appeler au choix : le staff sécurité de la prod ou la police. (encore une fois) D’autres fois, elles se contentent de vomir dedans (saison 4).
Hînhînhîn, vous êtes dans une limousine; vous ne pouvez pas juste la fermer en regardant le paysage?

Comme vous le constatez, faire esclandre dans un lieu public, nightclub, hôtel (pendant les voyages) ou restaurant avec de vrais gens qui dînent^^ (saison 7), ne leur pose aucun problème.

Je dois dire que d’un point de vue sociologique, psychologique et même psychiatrique, c’est fascinant… Inquiétant, mais fascinant.
je suis fascinée par cette déchéance.
J’ai été plus choquée par cette émission que par tous les films d’horreur que j’ai vu. 0_0
C’est également inquiétant.
Est-ce que cette violence ne va pas être banalisée en présentant ces comportements comme glamour et cool?

Villa jour 1. Ensuite, c'est le drame! Oui, c'est bien du marbre au sol...

Tous les ingrédients du soap sont réunis (le coté folles incontrôlables est en bonus) :

• Les filles ont « un physique », certaines sont même très jolies, ça choque d’autant plus que ça tranche violemment avec leur comportement. Mais ça, c’est fait exprès.

• Et sont très apprêtées (même si elles font très cheap, mais ne nous arrêtons pas à ces détails inopportuns) : seins siliconés, rhinoplastie, candidates botoxées (véridique: une candidate avait fait des dizaines d’injections avant ses 20 ans), extensions capillaire, mini-shorts/jupes, strings qui dépassent, maquillage criard chargés, faux cils, sourcils refait au maquillage permanent, bronzage orange, décolletés, lentilles de couleurs, ongles en plastique, etc, comme je l’ai dit plus haut : ils n’ont pas pris les plus moches et avec tous ces artifices, n’importe laquelle est présentable (à condition d’aimer le genre: pétasse-méga-vulgaire).
Une salle entière du manoir est réservée à leur maquillage/coiffure. Une autre est réservée à leur garde-robe, ça s’appelle un dressing, oui, oui, et il est grand comme la moitié de mon appartement (et du votre aussi, sûrement).

• Un coté Glamour indéniable, même s’il est cheap : le manoir est hyper classieux, immense et moderne (avec une déco kitch bling-bling qui se glue splendidement dans « l’Ambiance Glamour low cost»), il y a deux piscines dehors, un jacuzzi, une piscine d’intérieur et un autre jacuzzi dans une des salles de bain pour les jours où il ferait un peu moins chaud… Une limousine noire avec la plaque et le logo rose de l’émission vient les chercher le soir pour sortir, il y a deux 4X4 pour la journée sinon.

• De la surconsommation made in USA : La nourriture est jetée à terre dès le premier soir, et dans le lit des Bad Girls (Saison 7). Il y a un grand frigo américain entièrement remplis de bières et d’autres boissons alcoolisées et plein de bars avec tous les alcools du monde partout dans la maison. Du coup, elles arrivent à être pire encore en étant soûlent du matin au soir.

• C’est tapageur, bruyant, tonitruant : il se passe toujours un truc (comprendre dispute ou bagarre).

• Tout plein d’activités tip top cool sont au programme :  fête alcoolisée du Mardi Gras à la Nouvelle Orléans (Saison 7), danse sur les chars de la Gay Pride, invitées dans les boites de striptease, show Miss Tee-shirt mouillé, etc – que du culturel hein ! et un voyage est toujours prévus dans la saison en cours (quelle destination ? Suspense !!).

Villa Miami inside.

Auditivement, c’est très fatiguant : quand les filles ne hurlent pas (90% de l’épisode de 45 min – chaque saison compte 13 épisodes + 2 de la « rencontre finale »), une musique électro-tapageuse est mise à fond. Et niveau conversation, un « bitch » est placé un mot sur deux. Quand au reste : c’est bippé – car trop vulgaire….
(Il faut dire qu’ils ont placé la barre très haut, aussi)

Souvent, les Bad Girls se font jeter ou pire refouler comme des malpropres des nightclub (sans parler des plaintes du voisinage). En cherchant un peu, on se rend compte que peu souhaitent être associés à l’image véhiculée par le concept de l’émission et ici.

Et là, c’est le drame ! Face aux mépris affiché des civils ou des propriétaires de clubs qui ne veulent pas d’elles (parce que ça commence à bien faire tout ce bazar, hein !), les Bad Girls laissent éclater leur frustration et leur colère sur tout ce que se trouve à un rayon de 5 kilomètres (des fois sur des gens, des fois sur des poubelles).
Bah, oui, elles ne comprennent pas et se demandent « pourquoi tant de haine ? ».


 Liens:

Bad Girls Club en StreamingExtraits de bagarres
Site officiel: Bad Girls Club Oxygen

Bonus:

screenshoots de la villa à la fin !
bad-girls-club-house-destroy-5
bad-girls-club-house-destroy-5b
bad-girls-club-house-destroy-5c
bad-girls-club-house-destroy-5d
bad-girls-club-house-destroy-5e
NB: j’ai envoyé un mail à Oxygen (oui, en anglais) pour connaitre le coût des réparations, ils ne m’ont jamais répondu, apparemment la somme est confidentielle…