Catégorie Archives : Zombies et autres Horreurs!

C’est là où je parle des trucs qui font peur:
Zombie, théorie sur une épidémie zombie, mais aussi de candidats de téléréalité.

Liste des meilleurs films d’horreur … et des pires

Liste des « films d’horreur et autres » que j’ai bien aimé.
La liste est tirée de l’article qui devenait trop long: « Pourquoi les héros sont-il si bête? ».
Accès: Pourquoi dans les films d’horreurs, les héros sont si …bêtes?

Je ne sais pas ce qui est le plus loupé : les effets spéciaux, le bonhomme rouge-tomate risible, ou l’expression stupide de « l’acteur ».

Films que j’ai quand même bien aimé :
NB j’actualise cette liste régulièrement
.

1/Film d’horreurs (ou d’horreur mais drôle volontairement ou pas)

Bienvenue à Zombieland :film de zombie cynique et comique où le héros à des règles de survie. PS: il y a bien des pingouins au pôle nord (ne pas confondre avec les manchots)!
Fido dans les année 50 et après une attaque zombies, l’entreprise Zomcon les a réduit en esclavage, un axe original et un coté retro très sympathique,
Tucker & Dale VS Evil où les héros sont vraiment, vraiment, très bêtes, mais c’est fait exprès : pensant avoir à faire à deux tueurs, une bande de jeunes meurent les uns après les autres en tentant de tuer les faux tueurs : Magnifique!
Mad Zombies/The Mad: un des rares films de Zombie canadien, humour noir et cynisme sont de la partie – avec Billy Zane et Maggie Castle,
The Loved Ones: (je ne mets pas le trailer car trop violent) Attention, rien à voir avec les précédents: quand une psychopathe en robe rose fait son remake du bal de promo version : violent et gore;

Fido: un sympathique zombie domestique!

PontyPool : attaque de zombies dans un village en plein hiver, efficace sur la première partie du film malgré de la parlotte sans fin et des monologues à rallonge (les héros étant animateurs de radio), dommage que la seconde partie du film sombre dans le grotesque.
Frozen: qui en dépit d’un scénario ridicule : 3 jeunes coincés sur un télésiège (!) reste divertissant –dommage que les incohérences rendent le tout grotesque,
Black Sheep: prix spécial de la créativité: des moutons tueurs!,
Land of the dead avec des zombies intelligents et avec Simon Baker: le Mentaliste,
Dawn of the Dead: L’Armée des morts en fr, L’Aube des morts au Québec, remake de Romero) un des meilleurs film de zombie,
Shawn of the Dead Parodie du précédent,
The Walking Dead
série de zombies, saison 1: 6 épisodes, saison 2: pour octobre 2011 OUAIS la saison 2 est en train d’être diffusée!!! Article détaillé ici.
28 jours plus tard,
• Saw
: surtout les premiers,
Planet Terror: un des rares films de zombie où le héros met une monumentale raclée aux zombies pour sauver sa copine, quel homme!!
The Collector: (involontairement très drôle) où un cambrioleur s’introduit dans une maison pour …cambrioler. Problème : un tueur fou y est déjà et a posé, à l’attention des propriétaires, moult pièges sadiques pour…tuer. Autre problème : je ne vois pas pourquoi il a mis tout ces pièges vu qu’il retient la famille en otage…

Films que j’ai bien aimé, mais pas dans la catégorie « horreur »:

Southland Tales (que je considère comme l’un des films les plus génial et cynique de sa génération),
H2G2/Le Guide du voyageur galactique
: un peu de SF dans ce monde de brute, et puis mois les trucs dans l’espace, ça me fait rêver.
• Galaxy Quest:
des acteurs de SF sont pris pour  les héros qu’ils jouent à la télé par des extra-terrestres,
12 hommes en colère (1957)
,
Wallstreet 1987 (j’ai trouvé la suite débile),
Renaissance
(film d’animation, polar SF, rien avoir avec la période historique),
Vampires Sucks/Mords-moi sans hésitation: excellente parodie de Twilight ridiculisé au passage.
Sucks: film vampire rock (avec Alice Cooper, Iggy Pop, Henry Rollins, Moby entre autres), dommage que la morale niaise de la fin gâche un film qui aurait pu être culte,
Idiocracy (Planet Stupid en fr): ce film est une prémonition!!,
Kick Ass,
Death Becomes Her/La Mort vous va si bien .
Misfits (série), des ados débiles et égoistes se retrouvent avec de super pouvoirs (hilarant)
Machete, un mexicain arnaqué en colère
Death Proof, un chauffeur fou
2LDK, pas spécialement d’horreur mais violent, 2 actrices se battent (littéralement) pour le même rôle.
Equilibrium: avec Christian Bale, un monde futuriste ou les émotions sont bannies.

wtf

Films qui m’ont vraiment fait pitié :

Aeon Flux qui veut dire éternité – du latin. Film futuriste débile et incohérent, avec une fille -Charlize Theron – qui se rebelle…
Splice (tellement ridicule que c’est gênant) 2 scientiques débiles ont une espèce de contre-don pour créer des créatures chiantes et méchantes (enfin, chiantes, c’est normal, quand on voit les créateurs),
Return of the Living Dead 4 : Necropolis (mélange du plus ridicule teen-movie avec un très mauvais film de zombie (maquillage des zombies misérables – palme du pire jeu d’acteurs qu’il m’ait été donné de voir, dialogues débiles (comme quoi les films muets avaient du bon), les mauvais acteurs ont un charisme de navet, incohérent et stupide),
My soul to take (pareil) un tueur diaboliquement idiot et plein d’ados débiles.
La Horde (mal joué, mal filmé, ridicule, dialogues composés uniquement de jurons et insultes, complètement incohérent: j’ai d’abord cru que l’extrait sur Youtube était une parodie pas drôle),
The Thaw: méchantes petites bestioles-virus dans la neige – scandaleux ersatz de The Thing (1982)
The Collector (qui m’a quand même involontairement fait rire),
30 Days of Night, Diary of the Dead/Chronique des Morts Vivants, Rec2, The Plague, etc

L’attaque des Zombies : ça peut nous arriver ? Contagion!

Partie II : Contagion ! Voir la partie I: Propagation!
(on se croyerait dans Twilight avec des titres comme ça…)

Crédits: Lacroix de Marseille

Le Grand-Saint-Antoine, un bateau en provenance de Syrie, accoste à Marseille.

Sa cargaison constituée de riches et coûteuses étoffes (et non pas du textile bas de gamme made in China) destinées à être vendue aux prix fort sur les marchés du Languedoc. Ce que le capitaine de l’équipage sait et tente de dissimuler, est que: cette cargaison est hautement contaminée.

Alors que la casi totalité de l’équipage à été décimé (dont le médecin de l’équipage- owned) et qu’il ne reste plus que quelques matelots à bord. Qu’en dépit d’une connaissance du fléau, et malgré des dispositifs de protection très stricts, comportant notamment la mise en quarantaine (patente) des passagers et des marchandises ; le bateau est autorisé à accoster – et ses passagers à faire passer leur linges (évidement contaminé) pour qu’il soit nettoyé en ville…

La ville touchant une commission sur le déchargement des étoffes, les intendants de santé n’ont pas été très regardant (pot-de-vin du capitaine ?).

Les accords officieux avec l’industrie pharmaceutique n’existant pas à l’époque, une campagne de prévention à la Roselyne Bachelot eut été inutile. En plus, la fourbe maladie, n’est pas encore inquiétée par les antibiotiques, qui sont alors inexistants.

La maladie se propage insidieusement d’une façon fulgurante. Invisible, mais tentaculaire.

Les habitants ignorent les premiers faits suspects : les personnes contaminées succombent en quelques heures !
Nous sommes en plein été, et il y a des dizaines de morts par jour.
Les médecins tardent à identifier l’épidémie – il y a plus d’une centaine de mort par jour.
Les intendants refusent de reconnaitre la gravité de la situation – il y a plusieurs centaines de mort par jour.
Rapidement, il y a 1000 morts par jours et la ville est toujours dans le déni.

Crédits: Poussin

Lorsque la ville admet être dépassée, il est déjà trop tard, l’épidémie démesurée est présente partout.
Marseille est mise en quarantaine. Le commerce est bloqué, les échoppes ne sont plus approvisionnées, les routes sont coupées, les religieux fuient les églises, tout le monde se méfie de tout le monde. La nourriture devient rare et est plus difficile à trouver qu’un politicien honnête.

Les quartiers déshérités et les plus anciens sont les plus touchés. Le fléau s’étend rapidement dans la cité où elle entraîne entre 30 et 40 000 décès sur 80 à 90 000 habitants, puis en Provence où elle fait entre 90 000 et 120 000 victimes sur une population de 400 000 habitants environ.
En ramenant ces chiffres aux proportions d’aujourd’hui (une ville de 2 millions d’habitants), la mortalité aurait été de 880 000 habitants!

Quand la courbe descend, c'est parce qu'il n'y a presque plus de vivants à contaminer.

Au total c’est plus d’un tiers de la population qui fut décimée (sur cette épidémie, sur d’autres, la mortalité dépasse les 50%) en seulement quelques semaines (les chiffres ne mentionnent pas les décès indirectement liés : malnutrition, blessures, etc). Traumatisés, certains tentent de survivre dans des cavernes au nord de la ville. Les survivants, abandonnés, n’ont plus accès à l’eau et à la nourriture. Les personnes contaminées sont jetées à la rue par leur propre famille.

La ville devient monstrueusement ingérable, les cadavres s’entassent dans toutes les rues, la chaleur aggrave la décomposition de cadavres, la puanteur est insoutenable, les vivants, isolés et oubliés, sont face à un chaos indescriptible.

Dans toute l’histoire de France, cette épidémie fur le seul cas, ou le roi intervint afin de couper la Provence du reste de la France. Toute personne tentant de forcer la ligne sanitaire était fusillée par les gardes postés sur le mur (entre la Durance et le Mont Ventoux) de la quarantaine.

Curieusement, très peu de textes mentionnent la douleur causé par la peste, douleur pourtant bien réelle et même insoutenable. Cette « omission » est dûe au fait que la contagion était en soi, plus horrible que la souffrance provoquée par la peste.

Ceci date de l’été 1720, pourtant, les conditions de propagation de l’épidémie pourraient se dérouler exactement de la même façon de nos jours…

Liens:
Wiki Marseille 1720
E-book Marseille 1720
Le Blog du Dr WO
Luberon: Marseille 1720

Au XXIième siècle, en Europe ou ailleurs, la propagation d’une maladie grave et hautement contagieuse se déroulerait sur le même schéma : pour protéger ses propres intérêts, les contrôles sanitaires seraient biaisés.
Ceci nous amène donc aux …

ZOMBIES !!!!!! (part-2) – Voir la partie 1.

Quel rapport avec la peste ? me direz-vous.

L’exemple de la propagation de la peste sert à illustrer qu’une maladie infectieuse: virus ou bactérie comme la peste, peut créer un chaos difficilement gérable et impossible à freiner. Les failles dans les contrôles sanitaires sont réelles!

Pour que ce genre d’épidémie soit possible il faudrait qu’un virus ou bactérie (ou un parasite, ou un champignon) soit extrêmement contagieux/se et avec une très rapide durée d’incubation (quelques heures à quelques jours) et extrêmement virulent. Pour simplifier, on va plutôt choisir un virus/bactérie qui contamine l’être humain et les animaux (dans certains films – et dans la réalité, beaucoup de maladies passent des animaux à l’humain (zoonoses)).

Le vrai visage de l'horreur.

L’épidémie (augmentation rapide de l’incidence d’une maladie) évoluerait ensuite en pandémie (est une épidémie présente sur une large zone géographique).
Avec la peste, s’ajoute quelques « candidats » intéressants qui ont créé un chaos similaire à celui d’une hypothétique épidémie Zombie:

La Fièvre Q (bactérie) -> Pour la maladie infectieuse la plus contagieuse au monde : La transmission de l’infection se fait par voie aérienne par l’inhalation de particules contaminées en suspension dans l’air entre autres.

Il est admis qu’il s’agit de la maladie infectieuse probablement la plus contagieuse qui existe, car un être humain peut être infecté par une bactérie unique. La forme chronique est plus difficile à traiter et peut nécessiter jusqu’à quatre ans de traitement avec la doxycycline et les quinolones ou la doxycycline avec l’ hydroxychloroquine. L’agent pathogène peut être retrouvé partout dans le monde à l’exception de l’Antarctique et de la Nouvelle Zélande. Historiquement le terme « Q » pour « question » a été choisi à un moment où l’agent causal de l’affection était inconnu.

Curieusement en France, les cas jugés a priori « sporadiques » semblent ne faire l’objet d’aucune surveillance particulière, même dans un contexte d’épizootie connue et reconnue.


La Rage (virus) -> Pour la période d’incubation la plus rapide : et pour le virus présentant le plus de similitude avec une épidémie zombie, en effet, l’individu infecté est agressif et tente de mordre ses semblables.
Dans plusieurs films de zombies (28 jours plus tard), le virus de la rage aurait muté pour se transformer en virus Z!

Suite au contact éventuellement contaminant, le virus ne met que quelques heures à atteindre le système nerveux central. Il est reconnu que plus le point d’entrée du virus est proche du cerveau, plus l’évolution sera rapide. La rage est une maladie presque constamment mortelle chez l’homme lorsqu’apparaissent les premiers signes. Les cas de survie sont tout à fait exceptionnels. En revanche, la vaccination antirabique pratiquée entre la contamination et l’apparition des premiers signes est très efficace.

Spécifiquement chez l’humain se développe également en fin d’évolution une hydrophobie : la vue de liquide provoque une peur non raisonnable, alors que le contact entraîne des sensations de brûlures insoutenables. La mort, inévitable, survient de deux à dix jours après les premiers symptômes.

La grippe espagnole (virus) -> Pour sa contagion fulgurante et son taux de mortalité. Une très forte contagiosité : une personne sur deux est contaminée. Elle se caractérise ensuite par une période d’incubation de 2 à 3 jours,
Elle serait la pandémie la plus mortelle de l’histoire dans un laps de temps aussi court, devant les 34 millions de morts (estimation) de la peste noire (la grippe espagnole à récemment été réévaluée; passant de 30 millions de morts à 100 millions!).

Son surnom « la grippe espagnole » vient du fait que le roi Alphonse XIII d’Espagne en sera gravement malade (en juin 1918, 70% de la population madrilène fut contaminée en l’espace de trois jours), ce qui a contribué à rendre publique cette épidémie. De plus, seule l’Espagne — non impliquée dans la Première Guerre mondiale — a pu, en 1918, publier librement les informations relatives à cette épidémie. Les journaux français parlaient donc de la « grippe espagnole » qui faisait des ravages « en Espagne » sans mentionner les cas français qui étaient tenus secrets pour ne pas faire savoir à l’ennemi que l’armée était affaiblie.

• L’ebola : le virus se transmet à partir d’animaux sauvages (notament en ingérant de la viande de brousse) et se propage interhumainement par contacts avec les fluides corporels de personnes présentant les symptômes de la maladie (à l’issue de la période d’incubation).
Il n’existe pas de vaccin ni de traitement spécifique homologué et la prise en charge des personnes gravement atteintes repose sur des soins palliatifs intensifs.

Le virus Ebola sature tous les organes et les tissus à l’exception des os et des muscles moteurs. Plus l’infection progresse, plus les caillots sont nombreux, bloquant alors l’arrivée sanguine dans les divers organes du corps. Des parties du cerveau, du foie, des reins, des poumons, des testicules, de la peau et des intestins se nécrosent, car elles souffrent d’un manque de sang oxygéné.

Une des particularités du virus Ebola est la brutalité avec laquelle il s’attaque aux tissus conjonctifs. Il affecte le collagène de la structure de la peau. Les sous-couches de la peau meurent et se liquéfient. À ce stade, le simple fait de toucher la peau la déchire tant elle est amollie.

Les survivants peuvent rester contagieux jusqu’à sept semaines après leur rétablissement clinique.
L’ebola peut avoir un taux de létalité de 90%.


C’est donc seulement en étudiant la famille des grippes, dans leur ensemble, que l’on peut en comprendre ses mécanismes qui se résument à ceci :

• Une contagiosité très forte, induisant un comportement épidémique ou pandémique,
• Une variabilité forte, entraînant une virulence variable ainsi que l’inefficacité de l’immunisation d’une année sur l’autre,
• La virulence de cette souche particulièrement grande (grave affaiblissement), ainsi que ce virus affaiblit les défenses immunitaires, il n’est pas source de décès, ce sont les complications qui accompagnent la grippe qui sont mortelles en fonction du degré d’affaiblissement de l’organisme.
• L’absence d’antibiotique (qui n’aurait pas stoppé la maladie virale mais seulement les complications bactériologiques) fut également déterminante.

Il est aussi à noter, vu le cycle de réapparition des épidémies de grippe mortelle s’espaçant, au maximum constaté, de 39 ans, la dernière datant de 1968, l’OMS prévoit « statistiquement » l’apparition d’une pandémie mortelle d’ici 2010 à 2015.

NB: Ces articles sont longs à rédiger (recherches, sources, vérifications, reformulations, etc), si vous me citez merci de mettre le blog en lien.

Et maintenant on fait quoi? Que faire si ça arrive en vrai???
Que faire en cas d’apocalypse ou d’épidémie Zombies ??? 15 conseils pour survivre à la fin du Monde !

L’attaque des Zombies : ça peut nous arriver ? Hypothèse de propagation!

Partie I : propagation de l’épidémie de Zombie !

J’ai toujours adoré les films (et livres) de zombies. Je n’ai pas la prétention de dire que je les ai tous vu (et lu), mais j’en ai suffisamment vu pour avoir une bonne connaissance du sujet.

Je me suis toujours demandé si une épidémie de zombies similaires à celle que l’on voit dans les films était possible.
Alors ENFIN DONC !!! C’est possible oui ou non ???

Dans 'Land of the Dead', les Zombies se rebellent!


– Livres : Guide de Survie en Territoire Zombie (sûrement le livre le plus utile de votre vie !)
– Etudes : La seule étude au monde a modélisée des calculs sur une attaque de zombies à l’échelle mondiale ! (ceci est une véritable étude sérieuse – anglophone)

– Et mes calculs et théories sur une probable invasion de Zombies !
J’ai donc l’honneur de vous présenter la seule étude au Monde (à ma connaissance) sur la probabilité d’une invasion Zombie, la vitesse de propagation et le type de virus/bactérie que nous devrons combattre (en plus : c’est une étude francophone!). Ci-dessous le résumé de mon étude.

1/ Calcul de la propagation de l’épidémie de Zombies !

Graphique d’attaques de Zombies! Premier pic à 7h!


J’ai du faire plusieurs graphiques (au lieu d’un seul) pour a bonne raison que les données : ‘1 individu’ et ‘7 milliards d’indvidus’ tiennent difficilement sur l’axes des ordonnées (axe vertical).

Dans ce premier graphique, l’humanité n’est pas entamée dans les milliards, sa courbe se situe donc tranquillement loin au dessus pendant les 12 premières heures (en abscisses). Entre 19H et 20H l’humanité passe de 6,4 milliard à 5,4 milliards.


Estimation :

En estimant la probabilité qu’un zombie (le fameux patient zéro) puisse mordre 3 personnes en débutant à minuit :

• 00H00 (durée d’incubation très rapide= moins d’une Heure -> nous avons élaboré un calcul ‘pessimiste’ avec une durée d’incubation de 5 minutes) et que ces personnes contaminées mordent à leur tour 3 personnes en une heure.

• A 01H01, il y a donc 4 zombies (3 zombies infectés plus notre patient zéro toujours en forme!)prêts à mordre. Avec ces données ; l’humanité entière (estimée à 7 milliards d’individus) tomberait à 21H42 (à 22H : il y aurait eu plus de 10 milliards de contaminés)!

• On note un premier pic exponentiel à 7H, où l’on dépasse les milliers (sur le premier graphique, on voit que la courbe commence à décoller après 7H), et un autre à 13H -après 13H : on passe la barre du million d’individus contaminés.

• Ensuite, tout s’accélère : après 17H, un pays comme la France tombe (65 millions d’individus), peu après 19H seulement, c’est la population de toute l’Europe est contaminée (739 055 365) ; l’épidémie est devenue incontrôlable depuis longtemps. A 20H, c’est plus de 1/5 de la population mondiale qui est ‘zombifiée’.

• Avant 22H, le Monde tel que nous le connaissons est fini.

Détail du calcul excel.

Détail du calcul excel.


Nous ne prenons pas en compte le nombre de zombies tués ou trop ‘mangés’ pour être nuisibles (car difficilement estimable), cependant, notre calcul ne prend comme départ, qu’un seul individu contaminé (le patient zéro) et un seul foyer de départ pour l’épidémie.
(…)

Evidemment, nous ne prenons pas en compte l’éloignement géographique de certaines populations (petites îles, misanthropes, geek, nerd, no-life, etc), ni la courbe de naissance et décès (dans certains films et séries, même les morts non-mordus deviennent zombies : The Walking Dead, et là on est vraiment vraiment, vraiment, très mal barré !)

Le calcul pour une durée d’incubation de 8 heures, fait tomber l’humanité en moins d’une semaine (6 jours et demi)!

Encore un truc qui ne va pas arranger le cours des actions...


Dans la réalité, l’humanité tomberait bien plus tôt en raison des déplacements par avion de certaines personnes contaminées (comme cela arrive en vrai dans toute les épidémies : grippe porcine, grippe aviaire, etc) qui déclencherait alors de nombreux foyer épidémiques. Cette estimation (incubation de 8 heures) est donc ‘optimiste’.

Cependant – et ce ‘détail’ est relevé dans ce calculune mise en quarantaine est devenue impossible de nos jours en raison du très grand nombre de passagers utilisant les avions, mais aussi à cause de notre tendance à privilégier l’individu plutôt que le groupe.

Parmi les humains contaminés, lesquels n’essaierait pas de s’enfuir pour rejoindre sa famille (et la contaminer au passage), dans l’espoir de trouver un remède, par peur/panique ou par égoïsme, tout simplement ?


Les Zombies en mode Viva De Candia.

Dans 28 semaines plus tard, l’épidémie est contenue UNIQUEMENT parce qu’elle a débuté au Royaume-Uni et que l’île à été mise en quarantaine par les autorités. Elle ne s’est donc pas propagée au reste du monde.

Toutefois, cela semble également peu réaliste du faits des très grands déplacements de populations et surtout du manque de contrôles fiables : quand que je vois que, cet été, une de mes connaissances à pu passer sans problème dans les aéroports avec un bébé malade de la scarlatine ayant 40°C de fièvre (d’ailleurs certaines personnes feraient bien de ne pas s’approcher des bébés pour leur faire des risettes et autres bisous ‘-_-) et qu’une de mes amie n’a eu aucun contrôle d’identité pour monter dans un bateau pour un long trajet….

Je me pose de sérieuses questions sur la crédibilité des contrôles sanitaires et la perméabilité des frontières.

Pour arriver à contenir la situation comme dans 28 jours plus tard : il faudrait:

• 1) Une incubation hyper rapide -d’à peine quelques minutes (mais les individus ne sont pas égaux face aux maladies, il pourrait par exemple, y avoir des porteur sains sans symptômes mais très contagieux)
• et 2) des contrôles fiables et hyper réactifs (et là je pense qu’on arrive dans le domaine de la science-fiction : la panique s’installant, tout le monde voudra s’enfuir, les responsables des contrôles en premier).

Question rapidité...Ce n'est pas gagné...


Les panneaux d’avertissements se trouvent ici . Sait-on jamais.

Fin de la partie I: Propagation.
Partie II: La maladie infectieuse: Contamination!
Que faire maintenant que les zombies sont là!!! (partie 3)

Pourquoi dans les films d’horreurs, les héros sont si …bêtes?

Les films -mais surtout les films d' »horreur »- m’étonneront toujours pour leur innombrables incohérences et la bêtise crasse de leurs « héros ». A tel point qu’on se demande comment ceux-ci ont fait pour survivre jusqu’alors :

se lever pour se nourir, trouver la cuisine, ouvrir le placard ou le frigo, trouver de la nourriture, ouvrir un paquet de céréales, parvenir à mettre la nouriture dans leur bouche, etc.

Je veux bien qu’il faille mettre des héros dans une situation dramatique et problématique pour faire un film d’horreur (marche aussi pour suspense, thriller, gore, etc) ou un film tout court, mais quand même là ce sont des paratonnerre à catastrophe! A tel point, que je regarde ces films pour rigoler.

Au moins avec la Science Fiction, on sait que ça va être du n’importe quoi (et encore)!

Petit rappel des éléments TOUJOURS présent (ou presque) dans un film « d’horreur », résultat d’une scénarisation de plus en plus indigente.

Une liste de contre-performances persistantes dans le genre:

[La liste de bons films se trouve ici

Si seulement les héros savaient viser...

Généralités:

– Les héros sont toujours très bêtes.
– Les héros s’arrangent pour être le plus isolés possible, en se séparant dès qu’ils le peuvent.
– Et en criant pour signaler sa présence au tueur, et mourir plus vite, par exemple en hurlant « HOUHOU Y’A QUELQU’UN??? » 12 fois de suite bien fort.
– Les méchants sont toujours très moches.
– En plus ils bavent.
– Il y a souvent un méchant traître qui est jaloux du gentil héros bête (souvent à cause de sa copine). (The Walking Dead, etc).


– Les héros se font toujours attaquer par derrière parce que personne n’a jamais l’idée saugrenue de tourner la tête!
– Il y en a toujours un/e qui traine les pieds et ne veut pas venir, mais qui vient quand même… Ca c’est pour vous apprendre à écouter votre intuition!
– Les héros cicatrisent à une vitesse éclair : même avec la jambe arrachée tout va bien ! Personne ne meurt jamais d’une hémorragie, et puis tout le monde s’en fiche de l’artère fémorale.
– Les blessures sont toujours tip-top esthétiques : la petite coupure trop fashion genre « je suis un warrior, mais je reste glamour quand même !». Jamais le héros n’a le nez qui saigne à flot avec la morve qui coule avec, même quand il pleure.

Un "héros" ...

– Dans le but (rarement atteint) de sauver une seule personne (ou un petit chien/chat, cf : Dawn of the Dead), on met la vie de tout le groupe en danger.
– Personne ne pense jamais à mettre un gilet pare-balle surtout avant une fusillade, il n’y a que le méchant qui y pense (quand il y pense).
– Personne ne prend jamais la peine de compter les munitions (les munitions sont infinies, tout le monde sait ça).
– Personne n’a jamais d’équipement adéquat, même les professionnels ont des lacunes flagrantes dans leur domaines de « compétences ».
– Les policiers ne demandent jamais de renforts et vont se faire tuer un par un.
– Donner des superpouvoirs aux héros, c’est donner de la confiture aux cochons ; comme dit mémé (Thirst : film vampirique Coréen de 2h13).


– Les héros mettent toujours 2000 ans à se décider …. Pour finalement faire le pire des choix possible. (Frozen : palme spéciale 1)pour le décor, et 2)pour la série actions&décisions les plus magnifiquement stupides et grotesques de toute l’histoire de l’humanité).
– Personne ne prend jamais en compte les milliers de signes avant-coureurs de la catastrophe, ni des panneaux avec écrits « DANGER DE MORT » + la raison et moult informations utiles.
– Tout le monde ouvre la porte sur laquelle il y a écrit: « DANGER N’OUVREZ PAS!!! » et avec plein de traces de sang dessus!

"Don't Dead Open Inside?????" Pffff Incompréhensible! Ouvrons cette porte!

– le chef est le plus idiot du groupe
– personne ne suit de consignes, d’ailleurs personne en donne, le chef ne sert à rien, on ne l’écoute que s’il donne des ordres débiles; du style: « imitez les poules! » (En espérant tromper l’ennemi)
– il y en toujours un qui se croit plus malin que tout le monde, et agrave (si possible) la situation du groupe.
– S’il y a une arme elle est bêtement utilisé pour blesser les « gentils ».


– Les survivants choisissent toujours la pire des solutions possible.
– Mais personne n’écoute jamais l’unique personne faisant preuve de bon sens. (Pareil dans la vraie vie !)
– Personne n’apprend jamais rien des erreurs passées, personne n’a jamais lu un livre sur quoi que ce soit, et encore moins un guide de survie! (Doomsday, + TOUS les films avec une suite).

Apocalypse ou fin de soirée...Difficile à dire...

– Personne ne peut faire une phrase sans dire « f*ck, sh*t, b*tch » et plein d’autres jurons vraiment trop mal-élevés! (c’est plus ou moins fidèlement traduit en Français…).
– Même en pleine apocalypse, l’obsédé du groupe, pense toujours à se faire un max de filles, alors que ça survie est gravement compromise (certains n’ont pas le même sens des priorités).
– Les filles sont toujours hyper lookées (super bien coiffées, make up de pro, vêtements de marque bien coordonnés). Je ne sais pas pour vous, mais moi en pleine apocalypse, j’aurais d’autres priorités que de me coller des faux cils…


– On fait toujours confiance au plus abruti du groupe, en donnant par exemple le pass de toutes les salles au congierge immature et empoté (28 semaines plus tard)
– Quand les héros tirent à bout portant, ils se loupent. Quand les méchants lancent un caillou plat à 2km de loin, ils tuent et te décapitent!

Donc...Il y a plein de bistouris, scalpels et autres coupe-papiers à ta portée, et tu te sers d'un pied à perfusion...! Bah oui, tellement moins logique et pratique..!

I/ Zombies (virus et autres)

– Les héros sont toujours très bêtes.
– Dans les films de Zombies, personne n’a jamais vu de film de Zombies (et je ne parlerais même pas de lire un livre). Et personne ne sait comment « ça marche » (The Walking Dead, Dawn of the Dead, etc).
– Si c’est un virus, personne ne connait les règles ELEMENTAIRES d’hygiène.
– Tout le monde se tousse et crache et fait gicler inutilement du sang partout, histoire de vite se contaminer.
– Dans les hopitaux, personne n’est compétent (alors que le personnel est sensé avoir des bases en épidémiologie, mais non, c’est trop demander!)
– Ni des mesures prophylaxiques standards. Quand aux notions d’aseptie et l’utilisation d’antiseptiques : oubliez !
– Les héros se font toujours mordre stupidement par des zombies: par exemple en demandant 15 fois au zombie : « Hééé, pourquoi tu as une tête de détérré??? Oulala tu n’as pas l’air bien!! Est-ce que ça va, tu as vraiment une sale gueule, est-ce que CA VA??? Waaaaaaaaa, pourquoi tu m’as mordu, pourquoi? Je ne t’avais rien fait!!!! » (TOUS les films et séries de zombie, etc).


– Les héros ont toujours des plans complètements foireux, grotesques, ridiculement compliqués, abscons, inutiles et aberrant, mais qui réussissent quand même grâce aux incohérences scénaristiques (Dawn of the Dead, tous les Resident Evil, Rise, etc).
– Les héros n’ont jamais un plan B.
– Mais un plan A tout pourri, ils ont!
– Les héros aiment se sacrifier connement pour rien.
– Tout le monde prend sa voiture pour fuir on ne sait où, mais tout le monde va quand même au même endroit provoquant un embouteillage de 984653 km.(Day of the Dead) Du coup, ça irait bien plus vite à pied et même à cloche-pied!
– Les voitures aiment bien exploser sans raison (Land of the Dead, Planet Terror).
– En fuyant les gens emporte: leur pc, des fringues, un ballon de basket et plein d’appareils électro ménagers, mais JAMAIS: des armes, de l’eau et de la nourriture, une trousse de premiers secours! (tous les films de catastrophe). Comme le dit si bien Magnum : la vie est une question de priorités.

La Fin du Monde: plus d'embouteillage, plus de bruit, de pollution et de connards dans les rues... Mais attendez..!! C'est G-E-N-I-A-L!!!! (28 days later)

– Les centres commerciaux n’ont jamais une infrastructure digne de ce nom pouvant résister aux assaults de zombies affamés. Mais les héros y vont toujours (sûrement pour le shopping gratuit^^).
– La forteresse de luxe hyper sécurisée dans la ville bunker, tient 5 secondes face à l’attaque de zombies! (Land of the dead/Le territoire des morts).
– Même s’il y a plein d’humains autour, les zombies vont mordre un peu tout le monde, au lieu de faire un vrai bon repas.
– D’ailleurs 100% de la population se trouve toujours sur le lieux de l’attaque de zombies.  Comme c’est pratique.. !
– Quand quelqu’un du groupe des survivants a été mordu, il ne le dit jamais, histoire de contaminer ses amis, ahaha, quelle prévenance!

Le pack de survie contient trois pansements, une mini-vodka, des chewing gum, un tee-shirt "Mordu de la vie".

– A chaque fois, au début du film, il y a le comique de service qui fait une blague au héro/héroïne en se cachant derrière lui/elle quand on le cherche, et en criant « BOUH! » bien fort! (Flight of the living Dead)
Olala kikoolol PTEXPLDRRRMDRMDR!!!! En général, le comique meurt dans les premiers. Ca c’est pour vous apprendre à arrêter vos blagues pourries.
– La population se complait toujours dans les situations désepérées, sans aucune chance d’avoir l’avantage (30 Days of Night).


– Si les militaires arrivent, ils sont encore pires que les héros et zombies réunis (pervers sexuels dans 28 Jours Plus Tard, sadiques et égoistes dans Diary of the Dead/Chronique des Morts Vivants, totalement incompétents dans REC2).
– Quand ils ne sont pas directement responsable de la catastrophe (Planet Terror).
– Les militaires n’ont jamais de plan, de chef, d’attaques planifiées, alors que la défense nationale, c’est un peu leur truc, mais non, ils ne défendent jamais personne et ne savent jamais quoi faire.

Merci les gars, on se débouillera sans vous. ^^

Les zombies sont partout!

– Les survivants trouvent très intelligent de s’entretuer (Infectés/Carriers) alors qu’il ne reste que trois humains qui se courent après sur la planète.

– Bien que ce ne soit pas une comédie, la débilité ridicule des personnages vous fait rire (La Horde).
– En voyant des zombies, les gros durs mafieux pleurent en appelant leur maman et paniquent comme des hystériques (La Horde).


– Parfois, les zombies deviennent intelligents, et là les héros perdent 100% de leur « avantage stratégique », qui consistait à être moins bête qu’eux (Land of the Dead).
– Le zombie étant techniquement mort, il ne peut pas courir et encore moins sauter d’un étage à l’autre (ne serait-ce que pour des raisons de rigidité cadavérique).
– Le zombie étant techniquement mort, il n’a pas besoin de se nourir.

Frozen: y'a pas à dire; niveau scénaristique, c'est du lourd!
(et je ne me moquerais pas du bonnet blanc ridicule du gars, au mileu)

II/ Les 3M: Méchants Monstres Mutants

– Les héros sont toujours très bêtes.
– Les héros trouvent toujours le moyen d’avoir des accidents de voitures (ou d’avion, de bateau, de sous-marin, et même de vélo), sur une large route (ou mer) déserte, de jour, alors que la visibilité est à son maximum (leur idiotie aussi).
– Quand leur pneux sont crévés sur une route déserte, à aucun moment, le héros se dit que c’est malveillant et qu’il ferait bien de se tirer (oui, bon je sais, il n’y aurait pas de film sinon!).
– Les héros n’ont jamais fait le poids face à la Nature (The Ruins: attaques par les plantes et des fleurs!^^), Ca c’est pour vous apprendre à être plus écolo !


– Les héros s’arrangent pour laisser leur portable à un endroit où ils ne pourront pas s’en servir quand tout ira mal. (The Ruins, Shrooms, + tous les autres films)
– Les mutants sont tellement forts, qu’il faut les tuer 15 fois pour vraiment les tuer! Et puis le trés méchant-méchant fait toujours la blague de « Eh bin non, je suis pas mort, me revoilà, mouhahaha!! »
(The Hills Have Eyes 1 et 2 , Wrong Turn 1 et 2, The Descent 1 et 2, etc)
– Les méchants sont partout et ne se fatiguent jamais.

Ca ne vous dit pas de regarder derrière vous, juste une fois, allez! (Wrong Turn 1)

– Dans le cas où, un groupe (soi-disant « pro ») va faire de la spéléologie :
– le groupe y va là où un autre groupe « pro » à disparu très mystérieusement, il y deux jours (mais ça ce n’est pas bien grave…).
– il y a eu des éboulements (mais ce n’est pas bien grave non plus, attention, personne ne prévoit de rester bloqué!).
– il y a des monstres à l’intérieur (mais chut! Ils ne le savent pas encore, olala que de suspense!!!!)
– il y a des équipes de recherche de partout dans la plaine (mais qu’est-ce que vous cherchez dans cette plaine..?), mais personne n’est relié par talkie-walkie (super utile…).
– il y a des boulets inexpérimentés dans le groupe, le reste se croit expérimenté, mais sont aussi nuls, voire plus.
– il y a une folle amnésique avec des visions horribles.


– ils ont 50 centimètres de corde usée (oui, ça va casser au pire moment, c’était absolument imprévisible), deux mousquetons qui s’ouvrent mal, et un casque-torche avec 2 minutes d’autonomie (alors que ce sont des « professionnels » de la spéléologie, je vous rappelle…)
– pas 5 minutes dans la caverne, il y a déjà trois blessés graves ^^
– personne n’a pris de petit sandwich, de trousse premier secour, d’un super téléphone pour pleurer à l’aide, d’un AK-74 en vente libre sur Ebay pour 12 USD, ou un guide de survie pour le nuls
-S’il y a un gros panneau avec écrit « DANGER!!!! TETE DE MORT N’ALLEZ PAS ICI OU VOUS ALLEZ TOUS MOURIIIIIIRRRRR!!! Et bah, ils y vont…
The Descent 2 (mention spéciale, haut la main)

Sanctum, dans la seule scène cohérente du film: le survol en hélico de la forêt !

Dans le même genre (spéléologie avec moults incohérences-affligeantes-consternantes) il y a Sanctum:

– Bon les gars ; vous faites de la spéléologie alors qu’un cyclone arrive dans 5 minutes ? Il faut regarder la météo, hînhînhîn (surtout qu’à la base vous êtes sensés être les « meilleurs au monde » dans votre domaine: la connerie la spéléologie xD )!
– Vous vous noyez à seulement deux mètres de profondeur ? Il fallait remonter à la surface hînhînhîn !
– Un bloc s’écroule sur la sortie qui se trouve être aussi l’arrivée d’eau massive (et donc stoppe l’inondation) mais vous vous noyez quand même ? Il faut arrêter d’être bête hînhînhîn !).
Bref, le film vaut surtout pour les décors du début lors du survol en hélico.


– Le héros sont trop gentils (et bêtes) pour profiter des faiblesses de l’ennemi; si un monstre horrible enlève ses yeux et les met à portée, personne ne pense à les prendre… (Le Labyrinthe de Pan), histoire qu’il ait sacrement du mal à vous trouver pour vous tuer ensuite. Non? bah, tant pis alors.
– Les effets « spéciaux » et maquillages sont tellement ridicules, que vous vous demandez si c’est une parodie pas très drôle (Scream of the Banshee).
-Le film est un misérable ersatz (The Thaw pour The Thing, The Roommate pour JF partagerait appartement )

-Le film est juste chiant (My soul to take, Splice, The Thaw)

Perso, je ne vois pas une différence flagrante par rapport à avant. (Oui, c'est une maquette!)

III/ Tueurs Gores et litres de sang

– Les héros sont toujours très bêtes.
– Dans tous les films, les héros ont environ 135 litres de sang chacun.
(Saw 1,2,3,4,5,6,7, + tous les films)
– Tout le monde énerve le tueur fou en se moquant de lui (alors qu’un tueur c’est susceptible, ça se ménage).
– Tout le monde cotoie le tueur qui se trahit environ 114 Milliards de fois par jour, mais personne ne le soupçonne jamais (sauf à partir des 5 dernières minutes du film).
– Le tueur à l’air beaucoup plus intelligent, mais en vrai, ce sont les héros qui sont vraiment débiles.


– Si le héros s’échappe du tueur fou, et qu’il trouve une voiture + les clés + assez d’essence, prête à démarer, il… se cache sous la voiture…(The Loved Ones).
– Les scientifiques sont toujours complètement mégalomanes, irresponsables, psychopathes et ayant directement déclenché de tous les maux du monde(zombies, monstres, tueurs fous avec supers pouvoirs^^). Quand ils essayent d’endiguer la fin du monde qu’ils ont eux même engendré; ils font encore pire (zombies intelligents, monstres encore plus forts, clones de tueurs fous avec supers pouvoirs!).

Raaaaaaa, cette mode des piercings... (Saw 3)

– Les héros se savent épiés mais dégoisent et braillent leur plan tip-top secret à qui mieux mieux (Battle Royale).
– Le tueur à toujours eu une vie compliquée avec plein de mystères ^^
– Dans Saw, celui qui doit sauver les autres n’y arrive jamais, parce qu’il est trop nul. C’est d’ailleurs pour ça que le tueur le choisit : )
– Il y a toujours plein de disparitions dans le coin, mais personne ne s’en inquiète jamais, et SURTOUT PAS la police..!
-Personne ne sait conduire : surtout pas la police (The Mad/Mad Zombies), et surtout surtout pas les ambulanciers. (The Collector, encore et toujours)
– La police ne sert jamais à rien.
– Par contre si elle peut servir, on ne l’appel surtout pas (Esther)!
– La police (quand elle arrive, parce qu’on se demande vraiment si y’en a qui bosse) se ramène à 3 minutes de la fin et ne fait pas grand-chose de plus (les bêtises du héros ont quand même miraculeusement réussi à épuiser le tueur).

Ouais BEWARE!!!! Pffff, Ca fait quand même 500 fois qu'on lui dit!!


-Des personnages disparaissent tout bonnement du scénario et on ne s’en occupe plus (The Collector, Black Sheep)
– Si les tueurs dorment, les héros prennent soin de faire le maximum de bruit en sortant. Alors que le tuer dans son sommeil aurait été tellement plus pratique! (Wrong Turn 1, avec une scène grotesque où les héros tentent de sortir de la cabane des tueurs endormis en reversant tout sur leur passage..!)
– Quand le héros à un revolver, il ne s’en sert jamais contre le méchant tueur fou. Même (surtout pas) s’il en à 50 000 fois l’occasion dans des conditions idéales : super ligne de mire : « pile droit devant, pas trop loin, pas trop près, héros à couvert, cible distraite par autre chose et tout le temps qu’il faut. (The Collector)
– Celui qui veut sauver les autres est toujours un abruti (et par conséquent, empire une situation déjà catastrophique). Et, donc : le héros est directement responsable de la mort de ceux qu’il tente de sauver. (Saw 1234567, The Collector)
– Encore un qui nous fait le coup: « J’ai réussi à m’échapper, mais j’y retourne pour voir..! ». (The Collector)

"Tiens...J'ai la tête dans une boite...!" (Saw Chaispluslequel)

– Je ne sais même pas pourquoi on appelle ça des « héros »…

Films que j’ai quand même bien aimé ici!