Le système éducatif de Finlande

Par   avril 25, 2012

Je vais vous faire rêver: imaginez un pays où le système scolaire ne comporte ni pression, ni jugement, ni interro, ni devoir ! Tout en restant l’un des plus performant du monde..!

Un pays où l’éducation est considérée comme un des droits fondamentaux de tous les citoyens. Il s’agit du droit de recevoir une formation secondaire (lycée inclus) gratuitement.

C'est donc bien vrai???

Les enfants en Finlande entrent à l’école à 7 ans car « ils ont passé leur enfance de mioches à jouer à la crèche », ils peuvent apprendre l’alphabet un an avant d’entrer à l’école, mais rien n’est exigé.
L’enseignement fondamental est un enseignement de culture générale dispensé à l’ensemble des classes d’âge et pas de trucs chiants, inutiles et inintéressant.

L’école fondamentale dure neuf ans et correspond à l’accomplissement de la scolarité obligatoire. Pendant les six premières années, il y a en général un enseignant principal qui enseigne la plupart des matières, ou toutes. Dans l’enseignement fondamental sont intégrés aussi l’orientation pédagogique de l’élève et, en cas de besoin, un enseignement spécifique de soutien.

Le programme scolaire inclut au moins les matières suivantes : langue maternelle et littérature, seconde langue nationale (suédois ou finnois, selon le cas), langues étrangères, connaissances de l’environnement, instruction civique, religion ou morale, histoire, sciences sociales, mathématiques, physique, chimie, biologie, géographie, éducation physique et sportive, musique, dessin, travaux manuels et ménagers.

La définition des objectifs généraux au niveau national et la répartition horaire des différentes matières ou combinaisons de matières dans l’enseignement et l’orientation pédagogique de l’élève sont du ressort du gouvernement ils glandent à fond les ballons !

Le paradis des mioches, je vous dis !


Sur ces bases, chaque établissement détermine concrètement, au niveau local, son programme d’enseignement. Il n’y a aucun examen à la fin de la scolarité obligatoire (à 16 ans). Les redoublements et les abandons sont extrêmement rares.

Le baccalauréat finlandais s’appelle Ylioppilastutkinto et est considéré comme une véritable institution, et un pas important vers la vie adulte. En classe de terminale, les cours s’arrêtent fin avril, et les élèves se consacrent alors aux révisions, non sans avoir gratifié les plus jeunes de bordées bonbons et d’autres friandises lancées depuis des camions lors la virée bigarrée et joyeuse d’étudiants glandeurs et heureux.
Après le baccalauréat, les heureux élus gagnent le droit de porter la casquette blanche du bachelier, et inondent les restaurants des grandes villes pour une grande fête avant d’attaquer les révisions pour les examens d’entrée aux études supérieures, la vie active, ou une année sabbatique.

De plus, l’école est gratuite, comme le transport scolaire et le repas de midi. Les horaires sont kikoolol : la journée démarre à 8 heures et se termine vers 14 heures. L’après-midi est consacrée aux sports, aux activités artistiques, à la découverte de la nature et il n’y a pratiquement pas de devoirs à la maison. Après l’école élémentaire, les jeunes Finlandais peuvent choisir entre le lycée et le lycée professionnel qui durent environ trois ans.

C’est bien connu : les mioches sous pression font n’importe quoi.


La Finlande est depuis plusieurs années championne du monde pour l’efficacité du système scolaire. Selon l’enquête PISA sur les acquis des jeunes de 15 ans (2000 et 2003), la Finlande arrive en effet en tête en mathématiques, en maîtrise de la lecture, en Sciences et en capacité à résoudre un problème (Finlande : 2e position). Pourtant ce pays performant ne consacre que 6,2 % de son PIB à l’éducation alors que la France par exemple en consacre 6,9 %.

Le système est entièrement décentralisé. L’équipe enseignante et le directeur ont une grande marge de manœuvre dans l’organisation de l’établissement. L’école se charge elle-même de l’embauche des professeurs. Il n’y pas d’inspecteurs, mais des évaluations ministérielles à usage interne.

Les relations avec les professeurs sont très bonnes, le climat est moins à la répression qu’à l’autodiscipline. Si un élève perd pied, pas question de redoubler, des professeurs spécialisés (2 ou 3 par établissement) viennent prêter main forte à leur collègue dans la classe ou donnent des cours particuliers, autant qu’il est nécessaire. Les enseignants se situent dans une optique d’accompagnement et les textes, la hiérarchie, les maîtres y sont très respectés et leur autorité reconnue.

Ca vous dégoûte, hein?

Ca vous dégoûte, hein?

Liens:

Wikipédia
FinlandSecret

4 commentaires sur “Le système éducatif de Finlande

  1. Pingback: Pourquoi Idiocracy est un film prophétique ? | Strategical Blog

  2. Louis

    Simply want to say your article is as amazing. The clarity in your post is simply cool and i could assume you’re an expert on this subject. Fine with your permission let me to grab your feed to keep updated with forthcoming post. Thanks a million and please continue the rewarding work.

  3. address

    I simply want to say I am just very new to blogging and truly liked your web page. Probably I’m planning to bookmark your website . You certainly have good articles and reviews. Appreciate it for sharing your web site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <img src="" alt="" class="" width="" height="">