Monster High : Marketing et Controverses des Poupées-Monstres

Par   mai 9, 2013

Après Barbie : la poupée-dinde, et Bratz : la poupée-pouffiasse, voici Monster High : la poupée cadavre !

Lancée en 2010 par Mattel®, les poupées empruntent leur look aux films et romans d’horreurs tels que : Frankenstein, Dracula, Loup-Garou, Le Fantôme de l’Opéra, L’Étrange Créature du lac noir, la Méduse, la Momie, etc

Un look assez…
Voilà.


Photos prises .

Grâce à la magie du marketing, les poupées sont supposées enseigner la tolérance et l’acceptation de soi aux enfants…

Et même : leur donner envie de se renseigner sur la mythologie, sur Bram Stoker ou Mary Shelley.

Autant le look gothique ne me gêne pas – même si c’est pour surfer sur la vague « vampires, sorciers et co » sans payer de droits d’auteurs– d’ailleurs, je trouve ça plutôt marrant des poupées aux cheveux bleus ou avec des mèches roses.
Autant la maigreur irréaliste et maladive des poupées me laisse perplexe…

(les poupées Winx étaient du même genre rachitiques)

Les Bratz, déguisées en écolières cochonnes.


Déjà que pour Barbie, ses mensurations ne sont pas humainement viables :

• La tête de Barbie (même vide) ne tiendrait pas sur son cou humain, car le sien est 2 fois plus long et 15 cm plus fin qu’une personne normale.

• La poupée est beaucoup trop maigre, puisque son tour de taille est de 40 cm, c’est-à-dire la moitié de la norme humaine, donc, son abdomen ne serait pas assez grand pour y contenir tous les organes vitaux.

• Elle ne pourrait pas tenir debout non plus : ses jambes sont 50 % plus longues que ses bras, soit 30% de plus que les vraies femmes et ses chevilles trop fines ne pourrait en supporter le poids.

• Impossible par ailleurs, de porter des chaussures (avec ou sans talon) en vrai avec sa pointure 18 !

• La poupée ne pourrait rien soulever avec ses poignet trop fins.

Mais quand Barbie™ à l’air « bien en chair » à coté de la poupée Monster High, je me dis que c’est grave.

Les Monster High en look de plage : Attention Draculaura ; tu vas prendre feu !

Les Monster High ont une silhouette squelettique revoyant une image néfaste de mauvaise santé.

Pour le coté marketing, on va faire croire que cela sert à valoriser les différences.
#etlamarmotte…

Alors que toutes les figurines identiques, ont le même corps décharné et se différencient principalement par leurs couleurs de cheveux et leurs tenues. (Non, non, ce n’est pas du tout formaté…)

L’héroïne Frankie Stein, est mutilée et stylistiquement défigurée, elle a un œil en verre.
Pour des enfants, est-ce que ça ne revient pas, en plus, à banaliser les violences physiques ?

Valoriser l’image de soi, vous dit le marketing.


Les controverses sur l’hyper-sexualisation des fillettes, sur l’induction à l’anorexie, voire sur l’incitation à se mutiler pour leur ressembler, ont curieusement été étouffées dans l’œuf (Voir ici à Controversy, l’article est en anglais).

Des poupées au succès foudroyant, « made in China » (ou en Indonésie) de très mauvaise qualité : perdant leurs mains, leurs pieds, etc.

Si l’anime est plein de bonnes intentions, on ne peut pas en dire autant de l’aspect des figurines en plastique.

Dommage car c’était une bonne idée de créer des poupées moins lisses que la fade Barbie, mais c’est encore gâché par ses proportions malsaines et dangereuses.


Mattel® : fournisseur officiel d’anorexie depuis 1945.

9 commentaires sur “Monster High : Marketing et Controverses des Poupées-Monstres

  1. Orianne

    Bratz, je l’avoue, c’est de l’incitation à l’hyper sexualisation mais Monster High semble moins « osé ».

    Il est vrai que les proportions ne sont pas du tout correctes, mais je ne pense pas que les petites filles voudront ressembler à ces anorexiques.
    Tu dis que c’est dommage d’avoir ces mensurations, mais bon, ils vont pas mettre des Barbie obèses sur le marché xD

    En tous cas, je suis d’accord avec toi!

    1. Strategical Auteur du billet

      Merci pour ton commentaire Orianne.

      Pas obèse, mais juste « normale », mais apparement, pour les fabriquants, c’est trop demander.

      Dans les reportages sur la chirurgie plastique, beaucoup de femmes disent vouloir ressembler à Barbie, donc, je pense qu’inconsciemment, ça joue énormément.

      Je ne serait pas surprise d’ici 3 ou 4 ans de voir une mode de looks « Monster High » chez les ados.

  2. anna

    J’ai eu une collec’ de barbie (12 environ) pourtant elle ne m’a pas donné envie d’être maigre, je ne vivais pas la vie révée de barbie mais je lui faisais vivre la mienne celle dont je rêvais. Je suis brune et même petite je l’étais, j’avais les cheveux bouclés etc… Pourtant je n’ai pas voulu être blonde comme barbie, ni avoir les yeux bleus (verts à la limite).

    C’est dommage d’imaginer et même de constater que des petites filles ont si peu d’estime d’elle qu’elles veulent absolument resembler à Barbie

    1. Strategical Auteur du billet

      Tu as une sacrée collection de Barbies! :mrgreen:

      Malheureusement, certaines personnes sont plus influençables et fragiles que d’autres et ne s’en rendent pas compte.

      Il y a énormément de pression sur le physique des femmes, cf les magazines féminins.

  3. Patrick Carpentier

    Je ne trouves pas tout à faits neutre cet article, étant donné que la personne qui la écrite avait d’emblée son avis sur le sujet.
    Serte elles peuvent paraître avoir la silhouette de jeunes filles atteintes d’anorexie mais je ne pense pas que c’est ce que cherchait Mattel, je pense plutôt qu’il voulait leur donné un aspect SD (Super Déformé), un peu comme le personnage de certaine animation japonaise, les Chibi ,personnage au corps petit avec une grosse tête (très mignon cela dit en passant),
    Et puis il ne faut pas voir que les aspects négatif (avis aux réfractaires) il faut s’arrêter 2 sec et bien les observer, les détails propre à chacune (tenue, sac à mains, chaussures, bijoux,…), le travail des personne qui se creusent les méninges pour qu’elles reflète les signes distinctif des personnage dont elles sont les héritières, là je dis chapeau ^^.
    Il na faut pas critiquer tout tout le temps et ne pas brimer les élans artistiques.
    Tacher de faire comme le messages qu’elles véhiculent, à savoir « la tolérance ».

      1. Patrick Carpentier

        tout à fais d’accord avec toi, donc accepte le mien ^^.
        Par contre je me suis mal fais comprendre sur mon introduction:
        « Je ne trouves pas tout à faits neutre cet article, étant donné que la personne qui la écrite avait d’emblée son avis sur le sujet. »
        J’aurai du préciser que quand on écrit un article (quel qu’il soit) on se dois de rester neutre (de rester ouvert d’esprit) et de ne pas juger d’emblée, afin de ne pas influencer qui que se soit, pour que des personnes qui lisent l’article puisse être informé en tout impartialité.

        1. Strategical Auteur du billet


          J’aurai du préciser que quand on écrit un article (quel qu’il soit) on se doiT de rester neutre

          Je reste suffisamment ouverte d’esprit pour ne pas censurer les commentaires – oh même ceux qui ne sont pas « neutres », et ce, contrairement à beaucoup d’autres.

          C’est le « blog méchamment intelligent », pas « méchamment fade ».
          Et j’ai encore le droit de donner mon avis si je veux.

          Sinon, vous travaillez chez Mattel?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <img src="" alt="" class="" width="" height="">