Tag Archives: figurines gothiques

Monster High : Marketing et Controverses des Poupées-Monstres

Après Barbie : la poupée-dinde, et Bratz : la poupée-pouffiasse, voici Monster High : la poupée cadavre !

Lancée en 2010 par Mattel®, les poupées empruntent leur look aux films et romans d’horreurs tels que : Frankenstein, Dracula, Loup-Garou, Le Fantôme de l’Opéra, L’Étrange Créature du lac noir, la Méduse, la Momie, etc

Un look assez…
Voilà.


Photos prises .

Grâce à la magie du marketing, les poupées sont supposées enseigner la tolérance et l’acceptation de soi aux enfants…

Et même : leur donner envie de se renseigner sur la mythologie, sur Bram Stoker ou Mary Shelley.

Autant le look gothique ne me gêne pas – même si c’est pour surfer sur la vague « vampires, sorciers et co » sans payer de droits d’auteurs– d’ailleurs, je trouve ça plutôt marrant des poupées aux cheveux bleus ou avec des mèches roses.
Autant la maigreur irréaliste et maladive des poupées me laisse perplexe…

(les poupées Winx étaient du même genre rachitiques)

Les Bratz, déguisées en écolières cochonnes.


Déjà que pour Barbie, ses mensurations ne sont pas humainement viables :

• La tête de Barbie (même vide) ne tiendrait pas sur son cou humain, car le sien est 2 fois plus long et 15 cm plus fin qu’une personne normale.

• La poupée est beaucoup trop maigre, puisque son tour de taille est de 40 cm, c’est-à-dire la moitié de la norme humaine, donc, son abdomen ne serait pas assez grand pour y contenir tous les organes vitaux.

• Elle ne pourrait pas tenir debout non plus : ses jambes sont 50 % plus longues que ses bras, soit 30% de plus que les vraies femmes et ses chevilles trop fines ne pourrait en supporter le poids.

• Impossible par ailleurs, de porter des chaussures (avec ou sans talon) en vrai avec sa pointure 18 !

• La poupée ne pourrait rien soulever avec ses poignet trop fins.

Mais quand Barbie™ à l’air « bien en chair » à coté de la poupée Monster High, je me dis que c’est grave.

Les Monster High en look de plage : Attention Draculaura ; tu vas prendre feu !

Les Monster High ont une silhouette squelettique revoyant une image néfaste de mauvaise santé.

Pour le coté marketing, on va faire croire que cela sert à valoriser les différences.
#etlamarmotte…

Alors que toutes les figurines identiques, ont le même corps décharné et se différencient principalement par leurs couleurs de cheveux et leurs tenues. (Non, non, ce n’est pas du tout formaté…)

L’héroïne Frankie Stein, est mutilée et stylistiquement défigurée, elle a un œil en verre.
Pour des enfants, est-ce que ça ne revient pas, en plus, à banaliser les violences physiques ?

Valoriser l’image de soi, vous dit le marketing.


Les controverses sur l’hyper-sexualisation des fillettes, sur l’induction à l’anorexie, voire sur l’incitation à se mutiler pour leur ressembler, ont curieusement été étouffées dans l’œuf (Voir ici à Controversy, l’article est en anglais).

Des poupées au succès foudroyant, « made in China » (ou en Indonésie) de très mauvaise qualité : perdant leurs mains, leurs pieds, etc.

Si l’anime est plein de bonnes intentions, on ne peut pas en dire autant de l’aspect des figurines en plastique.

Dommage car c’était une bonne idée de créer des poupées moins lisses que la fade Barbie, mais c’est encore gâché par ses proportions malsaines et dangereuses.


Mattel® : fournisseur officiel d’anorexie depuis 1945.