Pourquoi les Pauvres sont Pauvres ? Introduction Cynique au Capitalisme

Bienvenue en 2013 où les avancées technologiques tendent à prouver que l’espèce humaine n’est pas si débile que ça.

Toutefois, vous êtes vous déjà demandé pourquoi ne pas mettre notre intelligence au service de l’économie pour créer un état où l’humain standard aurait un niveau de vie suffisant pour vivre dignement ?

Est-ce que ce serait vraiment utopique de vouloir améliorer les conditions de travail et les salaires au 21ième siècle ?

Oui.
A cause du capitalisme.

Ce n’est pas seulement la privatisation des moyens de production, c’est la recherche du profit, l’accumulation du capital, et ce par tous les moyens.

Le Capitalisme : c’est « l’exploitation de l’homme par l’homme ».
Karl Marx (1818-1883)

Le système capitaliste met donc en relation deux classes, la bourgeoisie et le prolétariat. La bourgeoisie est propriétaire des moyens de production et elle va se servir de son capital pour exploiter le prolétariat.

Les prolétaires n’ont que leur force de travail à vendre et doivent se nourrir tous les jours, les bourgeois, eux, peuvent décider de différer leurs embauches.

NB: il n’y a pas que deux systèmes économiques (pour ceux qui pensent que c’est soit le capitalisme, soit le communisme… Voir article sur le Salaire Universel ou Salaire à vie).

L’accumulation de la « richesse »…


Le contrat de travail n’est donc pas juste, il se fait en faveur des bourgeois.
A la base les prolétaires sont déjà exploités, mais le fonctionnement du capitalisme va accentuer cette situation.

Ils seront de moins en moins payés parce que dans une logique de marché, le travail devient un produit commun.

La concurrence entre les travailleurs va donc entraîner une diminution des salaires jusqu’au minimum possible (j’en profite pour passer le bonjour à tous nos amis stagiaires, payés à 30% du salaire minimum – quand ils sont payés).
Jusqu’à la limite leur permettant de pouvoir survivre (et accessoirement se reproduire)… Sauf que… même pas.

Ainsi, le stagiaire, en plus de ne pas gagner de l’argent, en perd. En quelque sorte, on finit par payer pour être exploité!

Toute ressemblance avec une marque très connue est purement non-fortuite.


Grâce à la mondialisation, les entreprises peuvent choisir les pays où le coût de la main d’œuvre est le plus bas de toute la planète.

C’est l’extrême paupérisation du prolétariat.

Ceci étant aggravé par les entreprises nationales et multinationales en situation de monopole et de « monopole d’Etat » ou de «monopole public» (SNCF, RATP, etc).
On peut aussi parler de cartel (ententes illicites), comme pour les mafias.

La mondialisation fabrique les monopoles.

Et les monopoles sont à l’économie ce que les dictatures sont à la politique.

Le vrai visage du stagiaire : l’esclave du XXI ième siècle.


Si certains sont privilégiés par l’État et les politiciens, il faut bien qu’il y en ait d’autres qui payent pour ces privilèges (devinez quiiiiii ?).

Le surtravail : Surtravail, c’est travailler plus que ce que vos efforts valent.

Exemple, du temps des chasseurs-cueilleurs, l’humain standard travaillait 3H/jour pour avoir de quoi manger.

Au 21ième siècle, dans le monde plein d’éclats du capitalisme, l’humain standard travaille plus entre 10H et 16H (voire plus) pour avoir à peine de quoi subvenir à ses besoins (je ne parle pas d’Ipad, mais de nourriture et d’un logement décent).

Dans la logique marxiste, les prolétaires doivent réaliser un surtravail, (différence entre la valeur de leur travail et le prix que leur paye le capitaliste), le prix de vente du produit moins le salaire s’appelle la plus-value (différence entre le prix de vente et ce qui est payé au prolétaire).

Le capitaliste rafle une plus-value titanesque, sur le dos, la sueur, le sang et les larmes de ses esclaves modernes.


Le capitalisme ne peut générer de profits qu’à condition de maintenir le prolétariat dans la misère.

« Quel que soit le taux des salaires, la condition du travailleur doit empirer, à mesure que le capital s’accumule.
Les privilégiés sont incapables d’assurer l’existence de son esclave, même au sein de son esclavage. »
Karl Marx

Pour imposer des salaires bas, le capitalisme à besoin de maintenir une masse de prolétaires sans emplois, qui obligent ceux qui en ont à accepter un salaire de subsistance.

Le capitalisme crée et maintient une misère, nécessaire à son fonctionnement.

Voilà, maintenant, vous savez pourquoi 3% de la population mondiale possède 97% de sa richesse.

Le monde va maaaaaal.


C’est article s’appuie sur des théories datant de deux siècles. Vous avez remarqué qu’on est en 2013?
Pour le rappel.