Tag Archives: objectifs quantitatifs et qualitatifs

Comment les marques vous espionnent et Pourquoi vous recevez des spams hyper ciblés ?

La pub est partout – ça on le sait déjà.

Mais, pire qu’être omniprésente : elle vous espionne et vous suis à la trace sur le net, dans le but diabolique de vous proposer les articles les plus susceptibles de vous faire passer à l’achat :


Vous venez de vous offrir un MP4 sur le net et … Oh ! Vous recevez un mail d’une autre entreprise qui vous propose des écouteurs… !
Comme par hasard, hînhînhîn !

…en fait, c’est comme si vous étiez à poual poil !

Et en quelque sorte vous l’êtes.

1/ Les sites qui vendent leur bases de données comme un troll des cavernes vendrait sa mère (si celle-ci ne l’a pas encore foutu à la porte).


Si vous voyez ce texte sur un site, c’est bien (non, mais sans ironie, c’est vraiment bien), car cela signifie que l’entreprise ne vend pas vos données à une bande de chacals un tiers.

Les autres, envoient allègrement leurs fichiers clients en dansant la macarena (sexe, âge, adresse, et surtout ce que vous avez commandé), aux plus offrants … Et ce, sans vous en informer, bien évidement.

Il s’agit en général de sites marchands ayant une solide base de données clients. Mais les gros blogs ayant une base de données de mails peuvent aussi être démarchés.

    NB: Les bases se négocient au coût par 1000, donc, si tu as juste trois mails de clients/abonnés qui se courent après, ça va être chaud.

Mais qui donc achètent vos données ???

2/ Les entreprises qui achètent les bases de données comme des charognards achèteraient du cadavre faisandé à la superette du coin (s’ils le pouvaient).

Attention, je balance des secrets bien gardés!


En général, il s’agit d’une Start up au nom ronflant et forcément anglophone, You know what I mean : un truc qui se veut bien cool, mais qui fait un peu pitié (genre : Power Mega Web of the Fire*), avec une équipe composée à 90% de stagiaires malheureux et exploités.
Les 10% restants sont les gérants, of course !

La startup est en « pleine croissance », stoplait ! Et quand tu lis le descriptif dans la catégorie « qui sommes-nous », tu as l’impression que celle-ci va dominer le monde et la galaxie, dès la semaine prochaine.

C’est d’ailleurs toujours le problème avec les sociétés de marketing, ils se sentent constamment obligés d’envoyer du lourd, des paillettes, du glam, des superlatifs, à tous les mots, tout le temps.

Je trouve ça soulant à force. J’ai l’impression de voir une licorne dégueuler mon Kotler & Dubois.

Bref, les stagiaires de Power Mega Web of the Fire* (nom pris au hasard et aussi par dépit, voir plus bas) ont pour ordre de démarcher les entreprises qui ont un truc à vendre à des pigeons mais qui ne savent pas trop comment (donc à peu près toutes).

En leur proposant bien aimablement des packs : à 5000 € l’entrée de gamme – oui, pendant que les stagiaires auront à peine de quoi se payer un Kinder le dimanche – afin d’ (attention, c’est du lourd) :
« Optimiser vos campagnes digitales pour maximiser votre potentiel en offrant aux marketeurs des solutions clé-en-main accompagnées de technologies sur mesure et exclusives sur le marché !!!! » …

c’est-à-dire faire chier les braves gens en pourrissant leurs boites mails avec des produits similaires/complémentaires à leurs derniers achats.
Certains poussent l’audace jusqu’à personnaliser le mail avec votre prénom!

(mais pas beaucoup, parce que c’est quand même plus kikoolol d’envoyer le même mail à tout le monde).

Les packs de 5000€ et plus, sont accompagnés de photos de lolcats:
ça aide à faire passer la note.


Le baratin commercial se compose de mots très swag, du style :

    Maximisez votre ROI : générez à la fois du traffic direct de qualité et des leads ciblés !!!
    Génération de plus de 5,400,000 leads qualifiés et 730,000 nouveaux clients pour nos annonceurs.
    Solutions full services à la performance : media buying, planning, testing, trafficking, tracking. Développements des technologies propriétaires, connections bases de données et API, Email design, Landing page, email de confirmation, 100% « mobile-friendly », Analyse de résultats et ROI, A/B testing, Offre promotionnelle, ciblage, tunnel de conversion, objectifs quantitatifs et qualitatifs, focus long terme, etc

Trop swag, donc.

(Si tu n’as pas compris, c’est normal ; c’est fait pour).

Il y a tellement de mots anglais, que tu pense t’être trompé en cliquant sur le drapeau français, mais en fait, non, c’était le bon drapeau.

C’est là que je me dis, être traducteur français/anglais dans ce cas là, c’est un peu être payé à rien foutre, sauf si c’était un stagiaire, parce que le stagiaire n’est jamais payé (le stagiaire ne mange pas et vit dans un carton, c’est bien connu).

Des fois, une entreprise démarchée accèpte, dit :
« Oui : je ne trouve pas de pigeons clients, envoyez ma pub que je me fasse un blé de bâtard !!! ».

Donc Power machin encaisse les sous €$£ (très important), et achète des mails chez un site ayant un cœur de cible proche de son client.

Exemple : l’entreprise démarchée vend des cosmétiques à base de cornichons bio, il y a des crèmes pour la peau, des savons qui sentent bon (le cornichon) etc, des produits pour femmes quoi !

Vous trouvez peut-être mon exemple ridicule, mais cette entreprise essaye de vendre des verres à moitié pleins!


Power truc, va contacter -par exemple- Sephora® (qui fait des pubs très connes) parce c’est moins bête que de contacter un site de tuning et aussi parce qu’il est de notoriété publique que les clientes de ce magasin achètent tout et n’importe quoi (donc gros potentiel d’achat).

Par corollaire, plus Power chose, va vouloir d’infos : sur ce que les clientes ont acheté, leur âge (pour les crèmes anti-rides) leur budget, etc ; plus Sephora va faire monter la facture – qui sera pour l’entreprise de cosmétiques aux cornichons.

Si Sephora® accepte de vendre (une partie) son fichier clientes, Power bidule envoient la pub de l’entreprise de cornichons aux emails des braves clientes de Sephora.

Des fois, l’entreprise ayant la base de clients, ne veut pas trop la vendre à un concurrent potentiel, mais rassurrez-vous: un bon paquet de blé vient à bout de toutes les réticences.

Le taux d‘ouverture (=quand une personne maso clique sur le mail pour l’ouvrir, et là, c’est le drame) est d’environ 10%, si la startup n’a pas trop merdé dans l’achat de bases de données de client/es.

Il y a donc environ 10% de masochistes sur la population globale (c’est peut-être aussi des gens qui se sentent très seuls).
Même que des fois, ces gens cliquent sur les liens…

Une alliance redoutable…


Voilà, maintenant vous savez qu’en plus d’avoir acheter sur certains sites, ceux-ci se font encore plus d’argent, en revendant vos infos persos.

* J’ai dû changer plusieurs fois de faux nom de start-up, car à chaque fois que je trouvais un nom bien débile à deux mots, en vérifiant sur google, l’entreprise existait vraiment -_-‘
Du coup, j’ai mis un truc beaucoup plus long, parce que bon, voilà.