Catégorie Archives : Cursus Universitaire

C’est là où je parle des trucs que j’ai appris ^^ :
Cours en lignes et cursus à l’étranger.

Business Cours 1: Les sociétés Part1

Cf post précédent, je vais mettre une partie de mes cours ici, des fois que ça servirait! Je précise qu’il s’agit de cours simplifiés pour permettre la compréhension par le plus grand nombre (alors, inutile de dire que j’ai glandé en prenant mes notes). : )

Business Cours 1: Les Sociétés

Avoir EXACTEMENT ce qu’on veut : c'est toujours important!


Lexique/Quelques notions à savoir : (parce que sinon, vous allez passer pour des blaireaux).

L’ENTREPRISE
• Entreprise : entité autonome, créée et exploitée par une ou plusieurs personnes, qui exerce une activité économique aux moyens de personnels et de biens. L’entreprise réunit le fonds de commerce, sans lequel elle ne peut exister, mais aussi des biens traditionnellement exclus du fonds de commerce comme les immeubles, les créances et les contrats.

L’entreprise peut adopter deux formes juridiques :
• forme individuelle : créée et exploitée par une personne physique. La société constitue un élément du patrimoine de cette personne.
• forme d’un groupement doté de la personnalité morale : constituée par une personne (société unipersonnelle), ou plusieurs personnes (société pluripersonnelle).
• Sous une forme sociétale, l’entreprise fait parti du patrimoine de la société qui en est la seule propriétaire. Les associés ne détiennent que des titres représentatifs du capital de la société.

• Responsabilité limité (se termine en RL : SARL EURL etc): si ton entreprise fait faillite, la banque ne prendra pas ta maison
• Responsabilité illimité Si ton entreprise fait faillite, la banque prendra ta maison (et tout le reste sur tes comptes perso)

Une personne ne peut simplement pas, jouer "quelques minutes" à Skyrim.

LE FOND DE COMMERCE
• Le fond de commerce : ensemble de meubles qui bien qu’hétérogène présentent une certaine stabilité, unité, et qui peuvent se transmettre globalement car ils forment une entité.
Le fond de commerce peut être vendu, faire l’objet d’un apport en société, d’une location gérance, ou d’un nantissement (=donner en garantie).
Le fond de commerce n’a aucun passif propre car les dettes contractées pour sa gestion ne passent pas de droit à son éventuel acquéreur. Les dettes restent personnelles au commerçant qui les a fait naître.

LES ELEMENTS EXCLUS DU FONDS DE COMMERCE.
• Les créances et les dettes : demeurent propres aux commerçants. Les dettes et créances ne se transmettent pas à l’acquéreur.
• Les contrats passés avec les fournisseurs : exception => vendeur. (Contrat de travail, contrat d’assurance).
• Les livres de commerce et la correspondance commerciale car sont la propriété du commerçant qui doit les garder 10 ans. L’acquéreur du fonds a le droit d’y puiser des infirmations qui sont mis à sa disposition.
• Les immeubles : un fonds de commerce = bien meuble.

LES ELEMENTS CORPORELS
• Outillage : machines,… => sert à transformer une matière première.
• Matériel : => sert à transporter la matière ou transformer.
• Marchandises : produit de l’activité humaine, destiné à être échangé via l’achat et la vente.

LES ELEMENTS INCORPORELS
• La clientèle => consommateur (plus ou moins fidèle). Elément le plus important du fonds de commerce.
• L’achalandage : clientèle de passage davantage retenue par l’emplacement du fonds de commerce que par la personne ou l’activité du commerçant.
La jurisprudence et la loi française font de l’achalandage une partie du fonds de commerce, puisqu’elles parlent de clientèle et d’achalandage sans distinguer l’une de l’autre.
• Le nom commercial : désignation nominale qui individualise le fond. S’il fait l’objet d’un dépôt auprès de l’INPI (Institut nationale de la propriété individuelle) le nom commercial se protège à titre de marque.
• L’enseigne constitue un signe de ralliement de la clientèle. C’est un symbole, un titre, il peut-être déposé à l’INI.
• Le droit au bail existe que si le commerçant est locataire des murs. Le commerçant est assuré du renouvellement du bail. Si non, il y a une indemnité en fonction du chiffre d’affaires (indemnité d’éviction.)
• Brevet d’invention : implique une activité inventive susceptible d’utilité industrielle.
• Marques de fabrique et modèles : dessins (crocodile de Lacoste)
• Droits d’auteur : propriété littéraire et artistique qui régis par le code de la propriété intellectuelle, s’applique aux œuvres originales.

Une personne ne peut simplement pas, écrire une dissert de 5 à 8 pages, la veille pour le lendemain. - CTRL+C CTRL+V.

Lancer son entreprise/réviser ses cours :
Les formes juridiques des entreprises.

Du plus simple au plus complexe.

NB : il manque certains types de sociétés: les GIE= groupements d’intérêts écoomiques, les sociétés en commandité simple SCS et/ou par action SCA (pour les très grands groupes de type Carrefour, pouvoir de gestion quasi absolue qui constitue une technique de protection efficace contre les OPA), les groupes de sociétés, etc)

SECTION I : LA SARL
La forme la plus utilisée car est bien adapté aux PME. 80% des sociétés commerciales

A : La SARL Unipersonnelle = L’EURL.

La loi du 11 juillet 1985 a permis de créer une société par une seule personne, pour permettre aux entrepreneurs individuels de ne plus engager le patrimoine personnel envers les créanciers de la société.
Toutefois, cela ne met pas nécessairement tous les biens à l’abri car les banques demandent des garanties (d’engager vos biens propres, parce que ce sont des crevards, et qu’il leur faut des garanties).

La qualité de gérant associé de l’EURL ne permet pas de bénéficier d’un contrat de travail ni d’obtenir le régime de protection sociale des salariés (Owned).

L’EURL est soumis au régime des SARL avec quelques particularités :

• La constitution repose sur un acte unilatéral d’une personne.
• L’associé unique peut être une personne physique ou morale.
• Il exerce les pouvoirs dévolus à l’ensemble des associés et doit à ce titre doit répertorier toutes les décisions prises dans un registre.

B : La SARL pluripersonnelle.

La SARL regroupe : minimum 2 associés, 100 au maximum (oui, enfin, d’ici là…). Aucune capacité n’est requise pour être associés car ils n’ont pas la qualité de commerçants.

Elle est adaptée aux entreprises familiales car elle évite les difficultés inhérentes à la transmission de l’entreprise individuelle et permet d’opter pour le régime fiscal des sociétés de personnes. En plus de leur apport, les associés reçoivent des parts sociales dont la valeur nominale est libre :
Apport en industrie (connaissance technique, services, notoriété, travail) et/ou Apport en nature (bâtiments, matériels) et/ou Apport en numéraire (argent).

En échange on a des droits :

• Droit politique de vote (une part = une voix)
• Droit financier être rétribué au résultat proportionnellement à la participation de chacun (dividendes, etc).
Une SARL est dirigée par un/e gérant/e nommé/e par les associé/es.

Rock'n'Roll Baby!

C : l’Auto-entreprenariat est un statut spécial.

Il a été créer pour palier au chômage en simplifiant les démarches et la fiscalité de ceux qui souhaitent lancer une micro-entreprise.
Parce qu’il ne faudra pas compter sur pôle-emploi pour remédier à ça (ou sur n’importe quel politicien).

Votre CA (chiffre d’affaires annuel) ne doit pas dépasser:
• 81 500 € maximum pour les activités de vente de marchandises en 2011 (80 300 € en 2010)
• 32 600 € maximum pour les activités de prestations de services en 2011 (32 100 € en 2010)

Aucune condition requise et fiscalité simplifiée (prélèvement sociaux et fiscaux, tous les mois ou trois mois en fonction de ce que vous gagnez), du coup, vous ne payez des cotisations que si vous encaissez un CA.
Donc: si vous vous loupez, vous ne payez rien (sauf si vous avez investit dans du matériel, des frais divers, etc).
Pensez à faire passer tous vos achats (pc, fournitures, etc) sur vos charges, pour faire baisser votre bénéfice qui est taxé.

Je conseille d’ailleurs à ceux qui se lance d’opter pour ce statut, s’il correspond au projet entrepreneurial.
Démarches.

Lien Part-2

Partir étudier à l’étranger : le parcours chiant du combattant !

« Vouloir partir à l’étranger c’est bien.
Etre sponsorisé/e par les portefeuilles Papa&Maman®, c’est mieux. »

Mais, si on n’a pas de sous on fait comment ? ‘-_-

Pendant ce temps là, à Las Vegas…


Images prises là.

Il est possible d’être payé pour étudier, ça s’appelle une bourse. Malheureusement, peu d’élu/es obtiennent le précieux Item rare +100 INT, HP, SP, ATK, DEF, SPD, HIT, RES, MV, JMP, + compétence voyage pas cher ajoutée, frais annulés et nouveaux levels débloqués.

Pendant ce temps là... Sur un balcon...


Gardez cependant plusieurs détails en tête : Liste de Trucs sur le sujet duquel on parle

• 1/ Vos interlocuteurs sont des bouffons : ils perdent vos dossiers, sont mal organisés, vous disent n’importe quoi, ne vous répondent pas, font trainer sur 10 ans une tâche qui prendrait 5 minutes à tout individu doté d’un cerveau qui marche, vous demande ensuite des documents en urgence – oui, ceux-là même, que vous avez déjà envoyés, mais ils l’ont perdus et vous disent que non, c’est vous qui ne l’avez pas envoyé, etc

• 2/ Il ne faut surtout pas leur dire…

• 3/ C’est long : long genre des mois. Depuis mon semestre annulé à Tokyo, je n’ai toujours pas obtenu de réponse pour un replacement.

• 4/ C’est chiant : genre 15000 docs à envoyer dans toutes les universités où vous postulez, en plus elles ont des formats différents pour les lettres de recommandations, statement of purpose etc donc il faut A CHAQUE fois tout adapter. D’ailleurs, il va falloir être organisé pour eux :création d’un dossier au nom de chaque univ pour savoir où vous en êtes.

Pendant ce temps là, chez des gens...


• 5/ Il faut avoir des supers notes et scores, mais est-ce bien la peine de le préciser ?

• 6/ Il existe bien des organismes qui vous « aident » (moyennant finance, hînhînhînhînhîn!) pour ces formalités, rajoutez environ 300€ à vos frais, vous aurez quand même tout le travail à faire, et rien ne vous sera garanti.

• 7/ Je pense que bon nombre de talentueux/ses aspirant/es étudiant/es ont dû laisser tomber. Il va donc falloir être plus tenace que Sacha voulant ses badges Pokémon pour devenir Maître Pokémon.

• 8/ La concurrence est rude, mais un tueur à gage, c’est cher.

Pendant ce temps là, à Miami… chez Kévin.


Kévin précise qu’il aime son steak « pas trop cuit » – parce que c’est hyper important, hînhînhînhînhîn la cuisson du steak. Si vous pensez que je suis en train de déconner, voir le screenshoot là.

Lien Utile: tableau de conversion des diplômes pour l’international.

PS: le blog a été visité plus de 27 000 fois 😉 Merci à vous!

J’ai passé le TOEFL et le GRE… Et c’était chiant.

Les étudiants qui envisagent un master ou doctorat à l’étranger connaissent les formidables joies et moult rebondissements des concours : TOEFL ou IELTS, GRE ou GMAT -that are the questions : sont les must have exigés pour que votre dossier soit complet.

Chaque concours, entièrement en Anglais même pour l’inscription, coûte entre 150 et 180€. Ajoutez à ça le coût des envois aux universités et des livres ou méthodes pour s’entraîner. Ca fait cher la candidature…Surtout pour les passer dans des conditions toutes pourries!

L’endroit auquel on rêve pendant le GRE !

TOEFL ou IELTS ?

Le TOEFL – Américain, dure environ 4 heures, c’est long : vous avez juste 10 minutes de pause entre les deux principales sections. Han! Bah autant dire que c’est hard ! Vous n’avez même pas droit à une bouteille d’eau sans étiquette dans la salle d’examen!

C’est soulant, car les textes, exercices et dialogues sont d’un soporiphisme absolu et défiant toute concurrence. Je crois qu’ils font exprès, et soupçonne un complot de ETS (Educational Testing Service) de tout faire pour nous endormir afin de baisser notre note et donc de nous obliger à repasser et re-donc de payer deux fois !

*Trop maléfique..!*

J’avais trouvé le TOEIC beaucoup plus facile, mais cela dépend des personnes.

J’aurai préferé passer l’IELTS – de Cambridge : l’anglais de l’Angleterre, car l’examen correspondait plus à mes aptitudes, toutefois, les dates étaient déjà complètes sur des mois (faire attention aux délais avec les universités pour les résultats). NB : certaines grandes écoles ne prennent en compte que le TOEFL.

N’oubliez pas les mauvaises conditions pour ces concours: dans le TOEFL, il y a une partie où vous devez parler dans votre micro, que vous êtes dans une petite salle avec d’autres candidats qui parlent en même temps ET à d’autres moments (les phases du test étant en décalage pour éviter le copiage – mais oui, mais oui) et donc: QUE VOUS LES ENTENDEZ tout le temps!!!

Super pour la concentration… Il y a en outre des ‘problèmes techniques’ (retards, pc lent, salles mal aérées, surveillants débiles) qui s’ajoutent à tout ce bazar…

NB: Merci à Thomas, qui me fait remarquer que les écrits du TOEFL se font en clavier QWERTY (au lieu d’AZERTY, c’est vrai que ça m’avait un peu ralentie) ce qui est chiant aussi.

Beware: Je passe le Grrrrrrrrr!

GRE ou GMAT ?

• Bonnes compétences littéraires (vocabulaires, dissertations) et allergies aux maths (niveau basique) -> prends le GRE.

• Très bon niveau en math mais allergies aux textes littéraires et autres blabla en anglais -> prends le GMAT.

J’ai passé le GRE (New GRE General Paper Based), car je pense avoir un bon rédactionnel anglais + vocabulaire, par contre les maths me gonflent même si j’ai un bon niveau avec mon cursus Business School.
Pour ceux qui passent le GRE, il faudra maîtriser deux dissertations (démonter un argument et commenter un axe problématique) de 30 minutes chacune, avoir beaucoup de vocabulaire, bonne compréhension de textes très chiants inintéressants, de la logique- et si le niveau est basique en math (comprendre basiquement superfétatoire), il faut être très rapide, et connaitre les formules de bases en arithmétique et géométrie (calcul d’aire, fonctions affines, etc).

PARCE QUE c’est sûr que c’est hyper important de savoir déduire l’aire d’un trapèze à partir de deux de ses longueurs, dans sa vie! Je vais pouvoir frimer en soirée avec ça, tiens! Hînhînhînhînhîn, merci le GRE!

En math, les énoncés sont connement écrits de façon à vous embrouiller avec parfois/souvent des questions piège, il faut être attentif car: anglais+ termes mathématiques+ fatigue, font qu’on peut se louper sur des questions simples.

Pour comparer, le TAGE-MAGE (en français) est plus commode car il se base uniquement sur votre logique, et jamais sur des formules apprises.

Sur Twitter, j’avais vu des discussions sur le GRE et qu’une personne disait que ETS (qui produits ces concours) s’en met plein les poche en se servant des étudiants comme vache à lait…Et vous savez quoi ?

OUIIIIIIIIIiiiiiiii c’est vrai !

Ces examens sont chiants, chers et ne reflètent pas forcément le niveau mais nous sommes obligés de les passer, car sinon, notre dossier est incomplet donc -> pas d’admission !

Et pour que vous les geeks et gamers puissiez comprendre l’intérêt de tout ça, passer ces concours: c’est comme une mission cachée pour avoir accès à des compétences dans un level supplémentaire débloqué après le boss de la fin!

Le TOEFL et le GRE: l'Ultime-Ultime combat d'après le boss final!

Bon courage à tous, parce que c’était vraiment vraiment soulant.

Des questions? Vous pouvez utilisez les commentaires.

NB: ETS est la plus grande organisation privée de mesure et d’évaluation éducative au monde. Elle fonctionne avec un budget annuel d’environ 900 millions de dollars. (source)
0_0