Sélection de livres: soumission et scandales alimentaires

J’aimerais vous présenter une sélection de livres absolument utiles, pertinents et qui font réfléchir.
Je pense qu’on vit dans une société qui nous abêtit de plus en plus, et où l’on maintient les consommateurs dans la plus grande ignorance possible.

Les livres proposé ci-dessous permettent de prendre du recul, de penser par soi même, d’avoir les outils pour analyser comment on nous manipule.

vintage-book-strategicalblog
Vous le connaissez peut-être déjà, mais le premier dont je voudrais vous parler est:
discours-servitude-volontaire-boetie
Le discours de la servitude volontaire, d’Etienne de la Boétie (livre qu’il a écrit à 18 ans!)

Analyse expliquant comment il est possible qu’un tyran (même faible et inculte) puisse soumettre toute une population, que la confrontation n’est pas efficace, par contre: il suffirait que les gens refusent l’autorité du tyran pour récupérer leur liberté…
Sauf qu’ils le font rarement, pourquoi? Apparemment la liberté étant gratuite, elle est dévalorisée. (c’est fou!)
Je vous conseille ce livre, que je ne pourrais résumer en quelques phrases, il est génial. Et toujours d’actualité aux vues des l’exploitation des masses.
Discours de la servitude volontaire: version gratuite en pdf ici.
(Vous pouvez également le trouver gratuitement au format .epub pour les liseuses)

brusset-christophe-vous-etes-fous-avaler-ca
Vous êtes fous d’avaler ça! Christophe Brusset

Que se passe-t-il dans les coulisses des géants de l’agro-alimentaire? Qui décide de ce que nous allons trouver dans tous les produits vendus en supermarché?

Quand un ingénieur dénonce les scandales alimentaires dont il a été le témoin et le complice (fruits et légumes pourris et moisis, remplir de vers, maquillés et quand même vendus aux consommateurs, sacs d’épices remplies de crottes et de rats morts, champignons bleus fluos, produit radioactifs, doses de pesticides explosant tous les records, mensonges sur l’origine, tromperies honteuses, etc).

Un récit hallucinant où la santé du consommateur n’est jamais prise en compte!
Un livre qu’il faut absolument lire tant la réalité dépasse de loin tout ce que nous pouvons imaginer à ce sujet!
Avec à la fin un guide pour éviter tous les pièges de la grande distribution.
additifs-alimentaires-corinne-gouget
Liste des additifs alimentaires, de Corinne Couget

Vos listes d’ingrédients sont envahies de composants dont vous n’avez pas la moindre idée de leur utilité (et de leur nocivité non plus!).
Un sinistre cocktail de poisons dans vos assiettes.
Un livre que je vous recommande vraiment d’acheter, car pour 10€, vous voilà capable de décrypter TOUS les additifs alimentaires!

Scandaleux et révoltant de voir que la plupart sont des cancérigènes avérés, des perturbateurs endocriniens, neuro-toxiques, et sont interdits dans plusieurs pays, mais pas chez nous!

Fashion Revolution: Qui a fabriqué mes vêtements? #Whomademyclothes

Vous avez peut-être entendu parler de Fashion Revolution – suite à la catastrophe du 24 avril 2013, à Dhaka au Bangladesh, provoquant 1133 décès et 2500 blessés dans l’atelier du Rana Plaza.

Bien que l’attention médiatique ait été attirée, ces scandaleuses et inhumaines conditions de travail n’ont pas vraiment changé.

Fashion Revolution a lancé #whomademyclothes (avec un formulaire sur leur site) pour que de plus en plus de consommateurs.trices demandent des comptes aux multinationales.

Il est souvent difficile d’accéder à aux véritables informations, les marques de l’industrie textile font tout pour dissimuler leur manque flagrant d’éthique.

Et ces informations sont dissimulées, parce que personne ne voudrait de vêtements faits par des esclaves qui suent sang et eau chaque jour de leur vie pendant 16H, dans des ateliers sales, bruyant et infernaux aux températures atteignant les 40°C !
(Article anglophone sur comment Armani traite ses employé.es au Cambodge)

who made my clothes

L’effet « Blog-Mode »

Il y a aussi un problème avec certains blogs-mode, qui étalent une surconsommation de fringues, prône un matérialisme ridicule et effréné. Font croire que plus on a de vêtements (de préférence chers), plus on est « quelqu’un ».

Cf les multitudes de photos sur insta où l’on voit une quantité de vêtements similaires, en mode linéaire de boutiques… (exemple ici).

On vit malheureusement dans une société hyper matérialiste, où, constamment sollicité par la pub, il est difficile de prendre du recul.

Toutefois, ce n’est pas normal d’avoir et de vouloir une gigantesque accumulation de vêtements, accessoires, chaussures, etc…

Et tant mieux pour certaines blogueuses, si elles peuvent s’offrir tout ce qu’il y a (de moche) exhibé par les multinationales du textile, mais, à part pour pouvoir changer 50 fois de tenues par jour, quel intérêt ?
On retrouve la même problématique dans la consommation de voyages.

Une surconsommation présentée comme banale.

Elle ne l’est pas.

sweatshop atelier whomademyclothes

L’effet « On veut bien mais… »

D’un coté, il y a les marques qui engrangent des dizaines de millions voire plus, prétendent qu’elles veulent bien payer plus les employées – elles « veulent bien », mais elles ne le font pas !

De l’autre les gouvernements, qui refusent d’améliorer les conditions de travail de leur citoyens (si les gouvernements se préoccupaient du bien-être de leurs citoyens, ça se saurait !) car les marques iraient ailleurs, dans un pays encore moins cher et moins regardant sur des conditions de travail déjà déplorables.

Les ateliers qui refusent l’entrée aux journalistes (déjà un aveu).

Il y a les esclaves de ce système, qui ne peuvent pas faire grand-chose.

Puis il y a nous.

Sauf que nous, nous avons le pouvoir et le devoir de faire changer les choses.

En utilisant le formulaire de Fashion Revolution (en bas de leur site) ou en envoyant un simple email ou un commentaire sur les réseaux sociaux aux marques chez qui vous avez l’habitude d’acheter, pour demander des précisions sur la façon dont sont traité leurs employé.es, vous montrez déjà que le sort de milliers d’humains vous importe.

La moindre des choses est que les marques se remettent en question et acceptent de répondre honnêtement et rapidement sur ce sujet.

I made your clothes
Source image.

Achetez moins, achetez mieux.

Liens :

Sweatshop Deadly Fashion : l’émission de télé réalité qui envoie de blogueuses-mode dans une usine textile.

The Uniform Project : porter la même robe pendant un an pour financer l’école des enfants en Inde.

Les dérives de la Chirurgie esthétique en Asie

La chirurgie est un business plus que florissant en Asie. C’est une Institution – avec un grand i.

Un médecin gagne peu dans ces pays. Se reconvertir dans la chirurgie esthétique, c’est l’assurance pour eux d’avoir un très bon salaire et la reconaissance sociale qui va avec (et la reconnaissance sociale en Asie c’est très important).

L’apparence: la poule aux oeufs d’or

Pendant mon année à Taiwan, j’ai été choquée par l’obsession malsaine envers l’apparence (vous me direz, comme partout) sauf je n’ai jamais vu autant de pubs pour de la chirugie affichées dans les rues comme si s’acheter un nouveau visage était complètement banal.

Il y a une véritable obsession pour les vêtements de marques (immondes) , il faut avoir l’air jeune, montrer qu’on est riche et « beaux » (quoi que ça veille dire).
D’ailleurs dans pratiquement toutes les pubs, on ne voit pas de visages asiatiques, mais clairement caucasiens, avec des mannequins aux yeux et cheveux clairs.

Hollywood la norme de « beauté » planétaire et intergalactique

L’idéalisation des traits « non asiatiques » m’a encore beaucoup surprise; il y a un vrai problème d’identité culturelle!
L’idée fixe de ressembler aux stars hollywwodiennes est omniprésente en Asie: la glorification des traits non-asiatiques, et la chirurgie : se faire débrider les yeux, allonger le nez, machoîres rabottées à l’extrême (le visage en V est une norme infléxible de « beauté »), etc.

On m’a complimenté plusieurs fois sur mes traits européens – notamment mon nez qui est pour eux « haut » et « grand »…
Ouais, bah, c’est juste un nez.

Il y a un problème d’identité culturelle en Asie et une manipulation sournoise sur l’apparance et la richesse : être belle pour une femme lui « garantit » d’épouser un homme riche!
Quand aux hommes, ils ne s’intéressent qu’au physique de leur future compagne, pas à ses qualités.

I/ La manipulation avec « avant-après »

Le marketing passe par là, avec l’incroyable mauvais foi sur les photos « avant-après ».

Les photos d’avant : prise “sous le nez” avec une angle et une pose de merdique (+ double-menton). La photo d’avant est très souvent de mauvaise qualité, peu flatteuse, aux contours durs qui accentuent les ombres, sans maquillage et même pas coiffée, cheveux gras dégueulasses, air triste et misérable, genre : « je viens de dégueuler en me regardant dans la glace ».

Certaines ont même un haut moche/sale/abîmé, l’éclairage est immonde.

Les photos d’après : comme par hasard, hein, le modèle sourit façon Colgate, sort de chez le coiffeur, d’une session de 4h de make up : teint nickel, le petit blush sur les joues, eye-liner, lèvres glossy, etc.
+ Eclairage hyper flatteur et lumineux – qui change complètement la couleur de peau, voire un coup de photoshop pour lisser le tout.

Et hop ni vu ni connu, je t’embrouille !

Ci-dessous: Magique: la chirurgie + 10kg de maquillage!
Pareil: photo d’avant de qualité très inférieure, photo d’après style magazine sur papier glacé.
manipulation plastic surgery korea

Ci-dessous: Photo d’avant : contour très durs et sombres, de mauvaise qualité. On note qu’il ne faut surtout pas sourire sur la photo d’avant, être naturelle moche, c’est nul!
deceitful before after lie

Ci-dessous: Mention Sweat très moche, pas coiffée + « je tire la gueule en grognant » :
ridiculous before after

Etc, etc, les exemples sont infinis.

Je ne trouve pas les filles des photos d’avant laides, elles sont juste normales et sans maquillage.

NB: Pour infos une quantité de site de maquillage, fait bien mieux en avant/après et sans trucages et chirurgie bien évidemment!
On les appelle « make up master » sur le net.

II/ Quand la notion de beauté devient monstrueuse

En Asie, on ne fait pas de chirurgie esthétique pour être différent, mais pour etre beau/belle « comme tout le monde ».

Le scandale des candidates pour Miss Corée, qui ont dorénavant toutes la même gueule en plastique, illustre plutôt bien ce phénomène.

Attention: l’attaque des clones.
the-miss-korea-2013-plastic-surgery

Des jeunes filles magnifiques défigurées sur l’autel de la pression sociale

Un cas parmi tant d’autres, l’un des pires. Vous pouvez googler pour avoir d’autres photos, c’est assez connu sur le net; une reporter sud-coréenne vraiment jolie qui s’est laissée charcuter, voilà le resultat:

monstruous plastic surgery south corea
Je ne comprends pas qu’un visage (avant) comme celui-ci soit considéré come « laid ». C’est horrible, comment peut-on trouver ce visage mieux après ???
Elle n’est pas plus jolie ! Elle est défigurée !
Plus là.

Autre exemple :
before_and_after_photos_of_korean_plastic_surgery duck face

Je trouve cette photo hyper triste. Cette fille était magnifique avant !

Maintenant : elle a une bouche qui ressemble à une ventouse visqueuse, un nez planté comme étançon, des mâchoires anéanties à force d’être rabotées – même ses pommettes ont été enlevées ! – une peau luisante et écartelée sur les os de son visage, comme si elle allait craquer, ce qui risque bien d’arriver s’il lui prend l’envie de sourire !

Comment est-ce qu’on peut trouver ça mieux ?
On dirait un poulpe en plastique.
Elle n’est pas plus jolie ! Elle est défigurée !

Et encore :

abus chirurgie corée

Je trouve ça hyper choquant ! Ces filles n’ont clairement PAS besoin de faire de chirurgie!
C’est un gâchis incroyable!

Et chez les hommes?

Après avoir dépensé une somme qui donne le vertige: plus 140 000€, et avoir pris son visage pour un chantier, celui-ci s’étonne que les filles ne lui tombent pas dans les bras (!).

Il n’était pas moche avant. Mais maintenant son nouveau physique donne la nausée. Et pour gaspiller une telle quantité d’argent juste pour sa figure, il faut vraiment n’avoir aucune valeur de l’argent, du bon sens … et de l’esthétisme aussi.

Evidemment, l’attitude et les qualités (être attentionné, gentil, affecteux, etc) dans sa quête aux potentielles relations n’est même pas prise en compte !

Dommage qu’on ne puisse pas greffer des cerveaux.

strategicalblog abus chirurgie esthetique asie
Plus là.

Pour conclure: Quand être normal devient laid et honteux.

J’ai lu récemment que de plus en plus de jeunes portaient un masque chirurgical en Asie, non pour se protéger de la pollution et des microbes, mais à cause de leur visages qu’ils trouvent disgracieux !
De même qu’on pousse les employées à se faire charcuter, notamment les vendeuses. Moi la vendeuse, je lui demande d’être efficace et de connaitre ses produits, pas d’être jolie!

Incapables de s’aimer et d’aimer les autres

J’ai vu un documentaire sur la chirurgie esthétique au japon. Il s’agissait d’un couple qui avaient déjà fait tellement d’opérations qu’ils ressemblaient à deux canards en plastique.
Le gars disait à sa copine qu’elle serait vraiment « belle » si elle avait la ligne de la mâchoire plus fine. (et donc se faire raboter la machoire)

Je trouve ça tellement triste : comment on peut prétendre aimer quelqu’un et se focaliser sur des détails triviaux en lui balançant ça à la figure???

Non mais, vous regardez, vous, la ligne de mâchoire de l’amour de votre vie???

Est-ce qu’on peut encore parler de « relationnel » et lui rendre son importance, quand la société se compose de plus en plus d’eternels insatisfaits obsédés par des détails physiques infimes et ridicules, qui se prosternent devant des critères de beauté uniformes imposés par les médias?

cut divider


Photos prises sur RocketNews24.

Consommations de Voyages : ces blogs Ridicules

J’ai un problème avec les blogs creux dont la seule finalité est de s’exhiber.

J’ai l’impression qu’il y a un espèce d’agglutination de wannabe célébrités, abreuvées de télé-réalité, dont le but est d’ouvrir un blog qui n’est qu’un personal branling bas de gamme, le plus souvent renommé: « Blog Lifestyle ».
council cats
Sur certains blogs, on confond « mode » et surconsommation de fringues médiocres, mal coupées, et défectueuses. Sur certains blogs, on consomme des voyages uniquement pour faire une razzia dans une boutique présente sur toute la planète.

On part à New York ou Tokyo parce que c’est in. Aka les nombreux blogs où la personne qui « voyage » ne montre rien de sa destination (hormis l’intérieur des boutiques) – alors qu’il/elle est greffé/e au dernier Iphone et déverse des tweets hystériques sur le fait d’y être.

Ou Barcelone – parce que par qu’on n’est pas si célèbre influent/e et riche qu’on s’en vante sur les réseaux, c’est moins loin, mais in quand même.
On n’en verra pas d’avantage, non plus.

Pas parce qu’on veut vraiment découvrir une destination, une culture, l’art, la gastronomie, une ambiance, etc. Pas parce qu’on a envie de partager ce qu’on a aimé ou moins aimé dans un voyage.

Juste parce qu’on veut montrer qu’on y est allé, on y a mis les pieds et fait une mauvaise photo pour le prouver. C’est tout.

Nuance.

C’est dommage, c’est absurde, c’est du gâchi.

Elle aussi est allée à Barcelone!

Elle aussi est allée à Barcelone, mais chut! C’est un secret!

L’apparence envers et contre tout

Récemment une blogueuse qui se définit comme «Mode & Lifestyle », et d’environ 24 ans (j’aurais excusé si elle avait eu 14 ans), est la pitoyable incarnation de ce phénomène.

Du genre de celles qui tweetent 10 milliards de fois par jour aux marques, afin d’obtenir des produits gratuits. Du genre aussi à faire une crise quand elle a des commentaires qui ne sont pas des flatteries aussi creuses que niaiseuses. Du genre à représenter tout ce qu’il y a de plus trivial dans la blogosphère.

Bref, cette blogueuse Mode et « Mode de vie », est allée visiter Barcelone.

En amont, elle a déversé un dégueulis de milliards millions de tweets sur le « voyage » qu’elle allait faire, un peu en mode évènement du siècle.
#vientpourrirlatimeline

Quelqu’un de naïf aurait pu penser qu’elle rêvait d’y aller depuis toujours. En fait, non.
frodon sick reaction
Ce qu’elle à instagramé :

• Une photo d’un arbre (avec la Sagrada Familia, en fond, qu’on peine à distinguer). Cette même blogueuse s’était étonné que le monument soit en travaux… (!). Elle n’y est même pas entrée, elle à juste pris une photo loupé en 2 secondes!
• Ses pieds sur le trottoir (véridique)
• La photo de son bus (intérieur et extérieur)…
• Les photos des magasins où elle a fait sa razia d’emplettes – chaînes de magasins, identiques dans de nombreux pays, à savoir Sephora, Urban Outfitters, Kiko, H&M, Burger King, Starbuck, etc…

NB : pour celles/ceux qui pensent que c’est afin d’avoir des prix plus intéressants, elle a même affirmé n’avoir fait aucune bonne affaire.

Ce qu’elle a tweeté :

• Elle a tweeté qu’elle s’emmerdait (en pleine journée) dans son hall d’hôtel et ce depuis des heures.
Pour infos, les hôtels gardent gratuitement les bagages avant le check in ET après le check out, afin de profiter encore de la ville.
• Elle a posté 50 tweets sur la compagnie d’autobus avec qui elle a fait l’aller-retour, avec des poncifs crétins à propos du siège, du chauffeur sympa/pas sympa, du wifi dans le bus.
C’est vrai que c’était hyper important le wifi dans le bus pour pouvoir faire l’étalage de sa pauvreté d’esprit.
• Un tweet ridicule en très mauvais espagnol (qui a eu le mérite de me faire rigoler).
• A carrément envoyer ch*er les rares personnes qui s’étonnaient qu’elle n’ait rien visité.

Anna-Kendrick-WTF-Confused-Reaction-Gif

J’ai trouvé le tout d’un pathétisme incommensurable.

C’est ça son « mode de vie »? Aller dans une ville à l’architecture est opulante et flamboyante, sans rien visiter, faire son cinéma sur les réseaux et des caprices de cruche pourrie-gâtée, pour finalement engraisser des multinationales qui traitent leurs employés comme des chiens?

Pour le shopping, il y a une multitudes de petits créateurs indépendants et aux prix plus que raisonables.

Et avec tout ce qu’il y a voir dans une ville comme Barcelone – puisque ça a été la destination choisie- je ne comprends pas ce choix de se pavanner en perdant son temps dans des boutiques fades totalement identiques à chez soi, plutôt que de découvrir la ville.

Même en restant peu de temps, il est possible de s’organiser un minimum afin de profiter de l’architecture magnifique, des parcs, de la promenade sur plage, des places typiques, des ramblas de la ville.

Bref partir en voyage pour engraisser les multinationales, le summum du ridicule, de la médiocrité, de l’étroitesse d’esprit!

Ca me consterne, je sais que chacun fait ce qu’il/elle veut avec ses sous et ses loisirs.
Je sais qu’on ne peut pas tout voir dans une ville en quelques jours, mais ça m’atterre de voir la surconsommation encrasser le domaine des voyages.
purple pink separator

Voilà ce qu’on peut voir à Barcelone en UNE seule journée.

Voilà ce que j’aime trouver sur un blog de voyage: Le poudrier doré. Mention pour les photos sublimes!

win forest

L’Histoire d’un monde obsédé par le materiel : cosmétiques dangereux

C’est l’histoire d’un monde obsédé par le materiel, de l’obsession de la performance et de l’apparence, un choix de produits apparement infini, pourtant le plus important: la non-toxicité de vos produits, n’est pas en option dans ce choix..!

Dérivés du pétrole, plomb, composants concérigènes et neuro-toxiques. Listes d’ingrédients ésotériques. Aucun principe de précaution…

N’importe qui peut inscrire n’importe quoi sur les étiquettes!

Méfiez-vous des marques hypocrites: faites le bon choix: des produits sans danger pour notre santé!

Liste des composants dangereux dans les cosmétiques.

Maquillage sans aucun produit cancérigène : ça existe! (Portland).

Nous avons le pouvoir et le devoir de faire pression sur les marques afin d’acquérir des cosmétiques sains!